SNUipp-FSU 85
http://85.snuipp.fr/spip.php?article1239
Rythmes scolaires : signez la lettre ouverte au Conseil Général
mardi, 17 juin 2014
/ Pierre
JPEG - 8.5 ko

Nous proposons à chaque enseignant de signer la lettre ouverte ci-dessous qui sera adressée au Président du Conseil Général de la Vendée, avec une copie à l’ensemble des maires du département.

Nous dénonçons l’attitude du Conseil Général qui profite d’une réforme mal ficelée, sans ambition ni cadre national, pour régler ainsi ses comptes avec le gouvernement sur le dos des élèves et écoles publiques.

- À lire : Rythmes scolaires : pas sans notre avis !

Courrier à signer en bas de page

Monsieur le Président,

La question des rythmes scolaires vous questionnent, nous aussi. Depuis des années, les rythmes scolaires sont au centre des débats dans l’Education Nationale. Le dernier ministre les ayant modifiés était Monsieur Darcos en 2008. Il a généralisé la semaine de 4 jours en supprimant au passage 12 jours d’école par an aux élèves ! Ces rythmes ont très largement densifié les apprentissages rendant la journée de classe de 6 heures encore plus insupportable pour nos élèves comme pour les enseignants.

La réforme Peillon amendée par celle d’Hamon ne satisfait pas vraiment les enseignants pourtant favorables à une évolution des rythmes scolaires. Pourquoi ? Même si l’ajout d’une matinée peut permettre aux enfants de profiter d’un temps supplémentaire favorable aux apprentissages, l’urgence de nos attentes se trouve ailleurs : le nombre d’élèves par classe, les dispositifs d’aide aux élèves en difficulté, l’évolution des programmes, la formation des enseignants… De plus, elle amplifie les inégalités territoriales et laisse aux collectivités locales des compétences qui ne doivent pas être les siennes (horaires de classe).

Malgré cela, la réforme s’applique à nous tous et nous devons la mettre en œuvre dans les meilleures conditions pour nos élèves. Qu’en est-il ? Tout en comprenant la complexité de l’organisation des transports et son coût, nous percevons bien que le Conseil Général, avec des élus locaux très proches politiquement, ne fait rien pour faciliter sa mise en œuvre.

Diminuer la journée scolaire reste l’esprit de la réforme. Or les horaires de ramassage ne changeront pas officiellement pour des raisons de coût ! Les dépenses restent une question de priorité. Le choix de la jeunesse ne pourrait-il pas être celui du Conseil Général ? Offrir une ouverture culturelle, une activité sportive ou artistique à des enfants qui n’ont aucune pratique de loisirs est aussi un objectif. Certaines communes ne développent aucun projet dans l’intérêt des élèves et se contentent d’une garderie parfois payante.

Vous faites donc subir vos choix politiques aux élèves des écoles publiques qui n’ont pas à supporter les querelles politiciennes. Cette posture n’est pas responsable dans un pays où tout devrait s’organiser dans l’intérêt du développement des enfants. Nous la dénonçons vigoureusement.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président l’expression de nos respectueuses salutations.

©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.