www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actions  / Refondation de l’école de la République 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
12 décembre 2012

Une loi sans réelles ruptures : motion du conseil syndical du SNUipp-FSU 85

Le conseil syndical du SNUipp-FSU de Vendée, réuni le 12 décembre, a adopté une motion au sujet du projet de loi présenté par V. Peillon.
Refondation de l’École : une loi sans réelles ruptures
Motion du Conseil syndical du SNUipp-FSU de Vendée

Le 6 décembre dernier, le Ministre de l’Education Nationale a rendu public le projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école.

Durant les cinq mois que nous venons de vivre, les enseignants ont été tenus à bonne distance des discussions sur « la refondation de l’école de la République » : refus du Ministre d’organiser une journée banalisée, débats organisés à la hâte dans les départements, rapport national incomplet… Après ces phases de concertation, de discussions mais pas, et c’est bien le problème de fond, de véritables négociations, le Ministre a diffusé le projet de loi, en priorité à la presse.

On savait le système éducatif profondément fragilisé et ébranlé par les politiques néo-libérales menées sous Nicolas Sarkozy : individualisation et mérite, réduction de moyens et des missions alloués au Service Public d’éducation, fortes dégradations des conditions de travail des élèves et des personnels…

Certes, de grands principes sont rappelés : une « priorité à l’éducation » malgré les contraintes budgétaires, le refus d’évictions précoces au collège, une réaffirmation du rôle de la maternelle, une formation des enseignants plus développée, la laïcité comme principe fondateur... Personne ne peut être contre mais cela peut-il faire le compte ?

Les personnels attendent une véritable rupture avec la période antérieure. Peut-on analyser comme la « refondation » pourtant nécessaire ce qui au bout du compte reste une succession de mesures qui s’insèrent dans la loi Fillon ? Le gouvernement a raté l’occasion d’une réflexion associant réellement chercheurs et enseignants.

Le projet de loi renvoie à nombre de décrets ultérieurs sur des points très critiques, dont la réforme des rythmes. Cette question en est un exemple éclairant : raccourcissement des journées et allongement de la semaine. L’objectif initial ambitieux de moins de temps de classe plus étalés dans l’année reste bien éloigné des dernières propositions : l’année scolaire est maintenue à 36 semaines.

L’obligation d’une journée supplémentaire de travail ne peut être acceptée par la profession que si elle s’accompagne d’une baisse du temps de service des enseignants devant classe entière, avec un temps suffisant et reconnu réservé à la concertation, au travail personnel et en équipes, aux rencontres avec les parents et les partenaires. L’organisation et le contenu des animations pédagogiques et plus globalement de la formation continue sont également à repenser en profondeur. Le revalorisation salariale doit enfin faire l’objet de négociations.

Si les rythmes scolaires sont un sujet important, le SNUipp-FSU 85 réaffirme qu’ils ne constituent pas le seul levier pour améliorer la réussite des élèves. Celle-ci exige notamment une baisse du nombre d’élèves par classe, une refonte de la formation professionnelle des enseignants, une maternelle revitalisée, des approches pédagogiques diversifiées... De plus, les aides aux élèves en difficulté doivent s’organiser sur le temps de classe commun à tous, par l’intermédiaire de deux dispositifs distincts et complémentaires : « plus de maîtres que de classe » et intervention d’enseignants spécialisés du RASED.

Les arbitrages rendus à ce jour par le Ministre sont soit trop flous, soit pas acceptables. Pourquoi ça ne change pas ?
- Pourquoi n’est-il pas prévu de réhabiliter les RASED ?
- Pourquoi le socle commun et le Livret Personnel de Compétences sont-il confirmés ?
- Pourquoi l’aide personnalisée n’est-elle pas remise en cause ?
- Pourquoi le gouvernement fait-il toujours appel des jugements rendus en faveur des EVS ?
- Pourquoi la Réforme Générale des Politiques Publiques court-elle toujours ?
- Pourquoi la logique des fichiers informatiques n’est-elle pas remise en cause (Base Elèves…) ?
- …

Pour le SNUipp-FSU, il faut dégager des priorités claires avec des moyens supplémentaires qui améliorent concrètement la vie quotidienne professionnelle des enseignants au service d’une meilleure réussite des élèves. Le SNUipp-FSU continuera de peser pour que le projet de loi prenne en compte ses revendications.

Nationalement, le SNUipp-FSU doit accentuer la pression sur le ministère pour que les discussions débouchent sur des mesures concrètes permettant une transformation de l’école pour la réussite de tous les élèves et une amélioration des conditions de travail.

En l’absence de réponses satisfaisantes, le SNUipp-FSU 85 envisagera dès janvier, dans le cadre unitaire le plus large possible, toutes les formes de mobilisation pour faire avancer les revendications de la profession : rassemblements, manifestations, grève...

La Roche Sur Yon, le 12 décembre 2012

JPEG - 11.1 ko

 

6 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.