www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actions  / Refondation de l’école de la République 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
16 octobre 2012

Refondation de l’école : où en sommes-nous ?

Le SNUipp-FSU 85 fait le point régulièrement sur la refondation de l’école de la République et des échanges qui se déroulent avec le Ministère.
Donnez votre avis en remplissant le questionnaire du SNUipp-FSU (cliquez ici)

Mise à jour du 17 octobre

Refondation de l’école : le point sur les discussions au 17 octobre : lire la suite.

Rythmes : il faut revoir le scénario avancé par le Ministre ! Lire le communiqué de presse du SNUipp-FSU


Mise à jour du 16 octobre

Les sujets à l’agenda des discussions
Les négociations sur la future loi d’orientation et de programmation ont débuté le lundi 15 octobre. Sur tous les sujets retenus pour les discussions, le SNUipp-FSU veut du mieux pour les élèves et pour les enseignants. Lire la suite

Rythmes scolaires : le scénario du ministre, les exigences du SNUipp-FSU
A l’occasion de la séance de négociations avec les organisations syndicales du mardi 16 octobre, Vincent Peillon a dévoilé un premier scénario de réforme des rythmes scolaires. Le détail des propositions et les exigences du SNUipp-FSU. Lire la suite.


Mise à jour du 15 octobre

Suite à la concertation, le président de la République puis le ministre de l’éducation nationale ont annoncé les points retenus pour les discussions à venir. Certains verront leur concrétisation dès la rentrée 2013, d’autres sur un calendrier à plus long terme.

Dès lundi 15 octobre, des discussions s’ouvrent en présence du Ministre avec les organisations syndicales représentatives. Elles devraient se poursuivre jusqu’en novembre. Il consultera, par ailleurs, les collectivités locales, les mouvements d’éducation populaire, les parents d’élèves, les organisations étudiantes et lycéennes.

Pour le SNUipp-FSU, la négociation devra apporter des réponses concrètes sur de nombreux sujets : formation, évaluation des élèves, révision des programmes, organisation de l’école, conditions d’exercice du métier, baisse des effectifs dans les classes, lien avec les familles, réhabilitation des RASED, retour d’une vraie formation continue, rémunérations...

Les mesures qui seront prises devront améliorer l’école pour les élèves comme pour les enseignants qui ont besoin de confiance et de reconnaissance.

- Les points essentiels retenus pour la rentrée 2013

  • Priorité au primaire
  • Formation des enseignants
  • Rythmes éducatifs
  • Education prioritaire
  • Gouvernance
  • Numérique

- Les points essentiels retenus pour la suite du quinquennat

  • La question du métier d’enseignant sera un chantier à venir sur du plus long terme avec la nécessité de penser autrement les carrières (en terme de cadre d’emploi, d’évolution de carrière, de rémunération).
  • Le dossier de l’évaluation des professeurs devrait à nouveau être ouvert.

Pour le SNUipp-FSU, certaines questions liées au métier d’enseignant ne peuvent attendre : conditions de travail et rémunérations doivent être discutées dès maintenant.

Suivez sur notre site l’évolution des discussions avec le Ministère.

Mise à jour du 12 octobre

Le SNUipp-FSU déterminé

Les travaux pratiques de la refondation de l’école vont maintenant commencer. Reprenant les orientations du président de la République, le ministre de l’Éducation nationale ouvre une négociation avec les organisations syndicales. Lire la suite.

Les grandes lignes de la négociation

Vincent Peillon a présenté au Conseil supérieur de l’éducation les grandes lignes de la future loi d’orientation et de programmation sur l’éducation. Mais qu’en sera-t-il des axes concrets de la négociation ? Lire la suite.


Mise à jour du 5 octobre

Le rapport sur la consultation rendu au Ministre le 5 octobre

Les rapporteurs de la concertation pour l’école ont remis vendredi 5 octobre leur rapport à Vincent Peillon. La balle est désormais dans le camp de ce dernier. Le SNUipp réclame avant tout arbitrage l’ouverture de négociations s’appuyant sur l’avis des enseignants.

L’élaboration de ce rapport visait d’abord à "l’éclairer" le Ministre, ce dernier souhaitant présenter au Conseil des ministres d’ici la fin du mois d’octobre son projet de loi d’orientation et de programmation pour l’école.

Les nombreuses propositions ne valent pas projet de loi

Si le rapport final comporte de nombreuses propositions, elles ne constituent pas pour autant la feuille de route du ministère, qui sera précisée le 9 octobre par le chef de l’État (cf. plus bas la synthèse des propositions).

Le rapport reprend plusieurs idées fortes exprimées par le SNUipp-FSU comme celle du « plus de maîtres que de classes pour permettre aux équipes pédagogiques de travailler autrement et mieux ». Il propose également de « redonner du sens à la maternelle » en confortant son « identité », et en développant « la scolarisation à partir de deux ans ».

On trouve par ailleurs des propositions sur une réforme des rythmes. Mais des pans entiers d’une telle réforme restent à préciser car sans réponse et sans engagement de l’État, des inégalités risqueraient de se creuser au détriment des élèves, s’agissant de l’articulation des temps scolaires et périscolaires et de la gratuité garantie aux familles, ou des conséquences sur le rythme et les conditions de vie professionnels et personnels des enseignants… il y a encore à discuter.

Ce rapport fourmille enfin de nombreuses autres suggestions comme « fluidifier la transition école-collège », redéfinir « le socle commun », remplacer le redoublement « par d’autres modes de remédiations », revoir la formation des enseignants avec la création des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE), reconnaître la dimension collective du travail et le travail en équipe, transformer le système d’évaluation des enseignants pour l’inscrire dans la durée et accompagner les trajectoires professionnelles, mieux prendre en compte les inégalités territoriales…

Ouvrir l’étape des négociations et prendre l’avis des enseignants

JPEG - 37.9 ko

Pour le SNUipp-FSU, la balle est maintenant dans le camp du ministre qui doit, avant tout arbitrage, ouvrir une nouvelle étape : celle de la négociation et en préciser la méthode et l’agenda. Au cours des discussions à venir, la boussole qui guidera le SNUipp-FSU sera celle de l’amélioration des conditions de vie et d’apprentissage des élèves et celle d’exercice du métier des enseignants. Des réponses concrètes doivent être apportées. Car, si nous changeons, c’est pour du mieux pour les élèves comme pour les enseignants.

Les enseignants ont une expertise qui doit être entendue. Aucune modification d’ampleur ne saurait dégrader leurs conditions de vie personnelle et professionnelle. Avant tout vote de la Loi, le SNUipp-FSU estime qu’il est indispensable que les enseignants puissent donner leur avis comme cela a été parfois possible lors de l’élaboration des programmes par exemple. C’est dans cet esprit que, de son côté, il a lancé une grande enquête auprès de toute la profession. Et il entend bien en utiliser les résultats pour peser sur les discussions à venir.


Les propositions du groupe de pilotage pour les 10 axes prioritaires

Voici, pour chacun de ces dix axes prioritaires les propositions de groupe de pilotage de la concertation, présentés lors d’une conférence de presse animée par les quatre membres du comité (Christian Forestier, Nathalie Mons, François Bonneau et Marie-Françoise Colombani) :

- ÉCOLE PRIMAIRE

  • Repenser les programmes jugés trop lourds, faire évoluer ses pédagogies, prévenir les difficultés et les traiter en apportant à chaque élève une réponse adaptée à des besoins clairement identifiés
  • Affecter en priorité les moyens supplémentaires en personnels qui vont être créés dans les écoles maternelles et primaires en ciblant d’abord les territoires en difficulté
  • Affecter plus de maîtres que de classes [en ciblant] en priorité les territoires en difficulté, bénéficier d’abord aux premiers niveaux d’enseignement – CP-CE1 – et être généralisée progressivement
  • Intégrer l’aide personnalisée dans le temps scolaire et organiser l’accompagnement du travail personnel à l’école et supprimer les devoirs à la maison
  • Aborder l’enseignement d’une langue étrangère dès le cours préparatoire avec pour objectif privilégié la maîtrise orale de la langue

- UN « NOUVEAU SOCLE COMMUN »

  • Réaffirmer la nécessité d’un programme obligatoire de culture et de compétences communes qui constitue l’engagement de la Nation à l’égard de tous ses citoyens et organiser les programmes d’enseignement pour atteindre les objectifs de celui-ci
  • Pratiquer, plutôt qu’une notation-sanction, une évaluation positive simple et lisible, valorisant les progrès, compréhensible par les familles. Diversifier les modalités de l’évaluation (évaluation de groupes, de projets, auto-évaluation).
  • Remplacer progressivement le redoublement, coûteux et inefficace, par d’autres modes de remédiation assurant une progression plus homogène des classes.

- FORMATION DES ENSEIGNANTS

  • Former l’ensemble des personnels au sein de la même structure (l’ESPE)
  • Reconnaître la diversité des métiers (école maternelle, école élémentaire, collège, lycée…) et pendre en compte les exigences spécifiques de la formation des professeurs de l’enseignement professionnel
  • Faire toute leur place à des praticiens en activité (professeurs du primaire et du secondaire mais aussi inspecteurs, chefs d’établissement, associations…) aux côtés des universitaires dans les équipes de formateurs des ESPE
  • Assurer la simultanéité de la formation académique et professionnelle, dès la licence et mettre le principe de l’alternance au cœur de la formation des personnels
  • Renforcer les liens entre formation et recherche
  • Faire en sorte que le concours de recrutement permette d’identifier, au-delà de la mesure des compétences disciplinaires, la motivation, les qualités nécessaires au métier ainsi que les premiers éléments d’une professionnalisation
  • Rendre effective l’obligation de formation continue pour tous les enseignants

- RYTHMES SCOLAIRES

  • Ne pas dépasser 5h par jour de cours en primaire et prévoir une pause méridienne de 1h30 minimum
  • Au collège, limiter le nombre d’heures de cours par jour à 5h en 6e et en 5e, puis à 6h en 4e et en 3e
  • Accueillir au moins jusqu’à 16h30, voire 17h, tous les enfants en primaire et durant les deux premières années du collège. Au-delà des horaires d’enseignement, la journée doit comprendre une aide au travail personnel et des activités culturelles, artistiques et sportives
  • Augmenter à l’école primaire le nombre de jours de classe, par la mise en place d’une semaine de quatre jours et demi avec une demi-journée supplémentaire le mercredi (possibilité de dérogations au niveau des communes)
  • Envisager d’allonger d’une à deux semaines la durée de l’année scolaire. Envisager soit la suppression du zonage de certaines petites vacances soit le zonage de toutes les vacances
  • Reconquérir le mois de juin au collège et au lycée, en réformant les procédures d’orientation et de passage des examens de manière à pouvoir retarder les conseils de classe
  • Inscrire dans la loi les projets éducatifs locaux
  • Accompagner financièrement les collectivités dans la mise en œuvre de la réforme par la mise en place d’un fonds de compensation destiné à assurer l’égalité territoriale

- LUTTE CONTRE LE DÉCROCHAGE

  • Mettre en place un référent dans les collèges et les lycées professionnels à fort taux de décrochage
  • Responsabiliser l’ensemble de l’équipe éducative
  • Ne laisser aucun jeune de moins de 18 ans sans solution
  • Garantir un droit d’accès à la qualification et un ’droit au retour’ effectif pour tous ceux qui ont interrompu leurs études sans diplôme

- ORIENTATION

  • Mettre en place dès le collège une démarche éducative de construction et d’appropriation de l’orientation assurée par les personnels de l’éducation nationale sous l’autorité du chef d’établissement
  • Associer davantage les parents aux choix d’orientation et prévoir systématiquement un dialogue et une médiation en cas de désaccord. Expérimenter la possibilité de laisser aux parents le « dernier mot »
  • Instituer un service public régional de l’orientation

- DÉCENTRALISATION

  • Aller vers un contrat pluri-annuel d’objectifs et de moyens tripartite
  • Réformer le conseil territorial de l’Éducation nationale
  • Redéfinir les missions et les méthodes de travail des instances locales de concertation (CDEN et CAEN)

- NUMÉRIQUE

  • Inscrire dans la loi l’éducation aux médias et à l’information
  • Mettre en place un plan ’numérique au primaire’ renforçant les équipements, les usages, l’innovation et la formation des enseignants
  • Former les personnels d’enseignement et d’éducation et l’ensemble des personnels d’encadrement aux usages pédagogiques du numérique et intégrer cette dimension aux concours de recrutement
  • Encourager l’autonomie et la créativité des enseignants dans la production des ressources et mettre à disposition de l’ensemble des acteurs des ressources pédagogiques ainsi que des plates-formes collaboratives de travail
  • Mettre en place une politique publique de recherche dans le cadre des applications pédagogiques du numérique
  • Élaborer une carte d’aménagement territorial numérique

- ÉDUCATION PRIORITAIRE

  • Attribuer les moyens aux écoles et aux établissements en fonction des caractéristiques sociales du public accueilli
  • Rétablir une sectorisation du recrutement des élèves, fondée sur le territoire, mais aussi des critères territoriaux, sociaux et scolaires
  • Affecter dans les territoires en difficulté des enseignants expérimentés et, si possible, volontaires

- PARENTS D’ÉLÈVES

  • Organiser une prérentrée des parents et accorder une attention particulière aux parents qui sont les plus éloignés de l’institution scolaire
  • Organiser une campagne nationale annuelle d’incitation au vote aux élections de parents dans les conseils d’école et d’administration et créer les conditions d’une réelle participation des parents aux décisions et projets
  • Créer un statut des parents délégués (droit à l’information, organisation des conseils et réunions à des horaires compatibles avec leurs obligations professionnelles, salles dédiées).
  • Introduire, dans la formation des enseignants, un module théorique et pratique "travailler avec les parents" (formation à l’écoute, à la conduite de l’entretien individuel…)

Les dates à venir :
- 9 octobre : présentation par François Hollande des grandes orientations en débat pour la loi.
- 11 octobre : Vincent Peillon préside une séance exceptionnelle du Conseil Supérieur de l’Education, avec de premiers échanges sur les orientations présentées par le Président de la République.
- Octobre : négociations avec les organisations syndicales représentatives, sous forme de rencontres multilatérales.
- Novembre-Décembre : débat et vote de la loi au Parlement.
- 1er semestre 2013 : publication des décrets d’application.

Pour aller plus loin :
- Téléchargez le rapport sur la consultation.
- Lisez le communiqué de presse du SNUipp-FSU du 5/10/2012.

* Les 4 groupes de travail (La réussite scolaire pour tous, Les élèves au cœur de la refondation, Un système éducatif juste et efficace, Des personnels formés et reconnus) étaient pilotés par la journaliste Marie-Françoise Colombani, l’Inspecteur général Christian Forestier, la sociologue Nathalie Mons et le président de la région Centre François Bonneau

 

21 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.