www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Le SNUipp-FSU  / Communiqués du SNUipp-FSU 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
23 août 2012

L’Ecole primaire, une priorité des français

Décryptage du sondage publié le 23 août par le SNUipp-FSU : les français plébiscitent la priorité affichée par le gouvernement à l’école primaire, qui fonctionne bien pour la majorité d’entre eux et qu’ils considèrent comme un des sujets d’actualité les plus importants.

Quelle perception les français ont-ils de l’école primaire ? Les réponses données à la traditionnelle enquête d’opinion* commandée par le SNUipp-FSU à chaque rentrée prennent cette année un relief tout particulier, alors que François Hollande a confirmé vouloir faire de l’éducation une des priorités de son quinquennat. La priorité à l’école primaire, revendiquée par le SNUipp-FSU et affichée par le ministre de l’Éducation nationale dès son arrivée rue de Grenelle, est aussi plébiscitée par les français, puisqu’ils sont 92% à déclarer « qu’il s’agit d’une bonne chose » voire « d’une très bonne chose » pour 37% d’entre eux. Ils ne sont que 7% à être d’un avis contraire. Il en va de même s’agissant de l’annonce de la création de 60 000 postes dans l’Éducation nationale soutenue par 78% des personnes interrogées, une proportion qui monte à 87% chez les personnes ayant des enfants scolarisés en école élémentaire. Un français sur cinq est en revanche opposé à cette mesure.

Une école qui fonctionne plutôt bien

JPEG - 16.2 ko

Qu’en est-il du regard porté par nos concitoyens sur le fonctionnement actuel de cette école primaire ? Il apparaît comme majoritairement positif, puisque 81% des français sont satisfaits de la maternelle, (12% étant d’un avis contraire). Ce jugement positif est plus nuancé en revanche à l’égard de l’école élémentaire, puisqu’il est partagé par “seulement” 64% des sondés. (28% d’avis négatifs.) Plus globalement, on note un taux de satisfaction d’autant plus élevé chez les français qu’ils ont des enfants, que ceux-ci sont scolarisés en primaires...et dans un établissement public.

Un sujet important et des attentes identifiées

D’une façon générale, et interrogés à cette rentrée sur les sujets les plus importants à leurs yeux, les français placent l’éducation et l’école (33%) en deuxième position, juste après l’emploi (45%). Viennent ensuite le pouvoir d’achat (24%), la santé (23%) loin devant la sécurité, les impôts ou l’immigration (9% pour chacun de ces trois thèmes). A la question : « Parmi les sujets suivants, lesquels vous semblent prioritaires pour l’école dans les années à venir ? » la discipline, l’aide aux élèves en difficulté dans des classes moins chargées qu’actuellement et la formation des maîtres viennent en tête des réponses. En matière de mesures attendues pour l’avenir, la baisse du nombre d’élèves par classe arrive largement en tête (60%) suivie à 52% par l’assurance d’un suivi individualisé pour les élèves en difficulté, et le développement du travail en petits groupes pour 32% des réponses.

Du flou dans les rythmes

JPEG - 20.4 ko

A propos de la réforme annoncée des rythmes scolaire, si six français sur dix en ont effectivement entendus parler, elle n’évoque encore rien pour 40% d’entre eux. Et sans surprise, ce sont les parents d’enfants scolarisés en école élémentaire qui voient le plus précisément de quoi il s’agit (74%). Quoi qu’il en soit, et même si les personnes interrogées se disent majoritairement favorables à sa mise en place en 2013 (67% des sondés) certaines mesures envisagées sont loin de faire consensus. S’agissant par exemple du retour à une semaine de quatre jours et demi, et si la mesure recueille le soutien de 72% des français, elle n’est majoritairement acceptée (à 68%) que si la demi journée supplémentaire est ajoutée le mercredi. Cette proportion tombe immédiatement à 34% quand on évoque le samedi matin et même à 21% parmi les parents d’enfants scolarisés en primaire.

Quelle prise en charge ?

L’allègement de la journée de classe divise aussi et une fin des cours ramenée à 15h30 ne recueille que 50% d’avis favorables et 87% des sondés rejettent l’hypothèse qu’aucune prise en charge ne soit mise en place pour les enfants après cette heure de fin de la classe. Ils sont en revanche 76% à estimer que l’État doit assurer les conditions d’une prise en charge de qualité, identique sur tout le territoire, grâce à un soutien financier aux communes disposant de moins de moyens. Enfin, et s’agissant d’une enquête réalisée alors que le débat public n’a pas encore réellement débuté, les positions des un-e-s et des autres peuvent sensiblement évoluer, notamment au regard des arguments qui seront déployés par les acteurs de ce même débat.

- Téléchargez l’enquête complète.

* Étude Harris Interactive réalisée du 1er au 4 août auprès d’un échantillon de 1 005 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas.

 

16 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.