www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : La carrière  / L’inspection 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
3 février 2011

L’entretien de carrière remplace l’inspection : expérimentation surprise

Le ministère, sans concertation préalable, expérimente partout en France un « entretien de carrière » pour les enseignants des écoles ayant deux et vingt ans d’ancienneté. Le SNUipp a obtenu des précisions. Il lance deux consignes.
JPEG - 9.6 ko

Luc Chatel avait bien évoqué en septembre, dans un courrier joint au bulletin de salaire, sa proposition d’un « pacte de carrière ». Parmi les pistes évoquées, il envisageait de proposer aux enseignants, après deux et quinze ans d’exercice, un entretien de carrière visant éventuellement des réorientations professionnelles. Depuis cette annonce, plus rien d’officiel, jusqu’à aujourd’hui. Il s’avère que dans des circonscriptions tests, des « entretiens de carrière » pour les enseignants sont lancés à titre expérimental.

Les grandes lignes du dispositif

Un courrier de la direction générale des ressources humaines (DGRH) vient préciser les modalités de cette expérimentation. Pour l’entretien à deux ans après la titularisation, il s’agira d’un « point d’étape sur l’adaptation à l’emploi ». Pour celui réalisé après vingt ans d’exercice, « il conviendra d’aider l’enseignant à se projeter sur la deuxième partie de sa carrière. » Mais là où le bât blesse, et cela devient un art de vivre au ministère de l’éducation nationale, c’est que ce dispositif est lancé sans la moindre concertation alors que celle-ci devait être « large » et associer « tous les acteurs concernés » selon les termes de Luc Chatel. Par ailleurs, dans le 1er degré, les entretiens devraient être conduits par les inspecteurs de circonscription ou, à défaut, par un conseiller pédagogique, voire...le directeur de l’école de rattachement de l’enseignant.

Précisions du ministère

Le SNUipp-FSU s’est immédiatement adressé au cabinet du ministre et sera reçu dans les prochains jours. Quelques précisions ont déjà été apportées : Ces entretiens s’inscriraient bien dans le cadre de la loi mobilité et du pacte de carrière. Ils ne remplaceraient pas les modalités actuelles d’évaluation des enseignants. Sur ce dernier aspect, on peut alors s’étonner des termes du courrier de la DGRH, qui indique en substance, que dès 2012 et pour les enseignants qui auront deux ans et/ou quinze ans et plus d’ancienneté, cet entretien constituera bien un des volets du futur dispositif d’évaluation professionnelle. Le ministère vient aussi de donner son accord oral, pour que les enseignants ne soient pas contraints de participer à ces entretiens et que les CPC et directeurs d’écoles n’aient pas à les mener.

Consignes du SNUipp-FSU

Quoi qu’il en soit, et dans l’attente de l’audience qu’il vient d’obtenir, le SNUipp-FSU lance deux consignes en direction des enseignants des écoles. D’une part, les enseignants qui participent à ces entretiens doivent être volontaires. D’autre part, il ne saurait être question que les directeurs d’écoles ou les conseillers pédagogiques aient à conduire ces entretiens. Ce n’est ni leur rôle, ni leurs missions. Il les appelle donc à décliner d’éventuelles demandes des inspecteurs qui iraient en ce sens.


PDF - 95.4 ko
Lettre de cadrage du Ministère

À lire
- Pacte de carrière ou marché de dupes ?


Articule publié dans le bulletin juillet-août 2010 du SNUipp-FSU 85

JPEG - 25.2 ko

Vendredi 30 juillet, pendant que beaucoup se prélassaient au soleil, un décret « relatif aux conditions générales de l’appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires de l’Etat » était publié au JO.

Son article 2 stipule que désormais, « le fonctionnaire bénéficie chaque année d’un entretien professionnel qui donne lieu à compte rendu ». Parmi les sujets sur lesquels cet entretien doit porter, on trouve notamment « les résultats professionnels obtenus par le fonctionnaire eu égard aux objectifs qui lui ont été assignés », « les objectifs assignés au fonctionnaire pour l’année à venir et les perspectives d’amélioration de ses résultats professionnels » ou encore « la manière de servir du fonctionnaire ».

Ce décret vient également supprimer la note attribuée aux fonctionnaires. Si on peut se féliciter de la disparition de cette note, infantilisante et subjective, cela pose le problème de l’équité de traitement des personnels, notamment lors des changement d’échelons. Et le décret n’est pas rassurant sur ce point puisque son article 13 précise que les fonctionnaires seront classés « par ordre de mérite ».

Le SNUipp-FSU sera particulièrement vigilant à l’application de ce décret dans l’éducation nationale, exigeant transparence et équité des personnels pour éviter à tout pris une individualisation des carrières. En aucun cas l’inspection ne doit reposer sur une logique de performance dont pourrait dépendre une rémunération ou une nomination. À ce sujet, le congrès départemental du SNUipp-FSU 85 a revendiqué en mai dernier l’avancement automatique pour tous (à l’ancienneté, comme c’est le cas à la hors-classe et pour l’ensemble des inspecteurs).

 

16 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.