www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Le paritarisme  / La C.A.P.D.  / Année scolaire 2003-2004 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
27 mai 2004

CAPD du 27 mai 2004 - La Déclaration des Elus du SNUipp

Cette CAPD se tient deux jours après la nouvelle journée de grève dans l’Education Nationale. Une mobilisation qui répond encore une fois à une politique éducative qui ne tient aucun compte de l’avis et des propositions des personnels et de leurs organisations syndicales représentatives.
Cette mobilisation exprime la volonté de notre profession que l’éducation reste une priorité de la Nation et conserve un caractère national pour les missions et la gestion de ses personnels.

Le budget 2004, la suppression des aides-éducateurs, la mise en place d’assistants d’éducation, la limitation des effectifs des enfants de 2 ans, la limitation du recrutement des personnels enseignants, le gel des crédits pédagogiques et des remboursements de frais de déplacement, la réforme des IUFM, le transfert massif d’emplois vers les collectivités territoriales (...) sont autant de mesures qui tournent le dos à une politique ambitieuse et qui rendent toujours plus difficile au quotidien l’accomplissement de notre mission : offrir à chacun de nos élèves les conditions de sa réussite.

Le gouvernement doit entendre ce qu’exprime notre profession.
Il doit ouvrir sans tarder de réelles négociations sur l’ensemble des dossiers car la politique qui est conduite par ce gouvernement n’est pas sans conséquences pour le service public d’éducation et ses personnels.
Nous en mesurons déjà les effets : congés non remplacés, suppression de stages de formation continue, diminution de moyens de remplacement, fermetures de classes.... Nous le demandions déjà dans le cadre du mouvement social du printemps dernier. A ce constat, vient s’ajouter la dégradation programmée des conditions de départ en retraite et leur rémunération.

Comment ne pas mettre en relation ces constats et les éléments qui se dégagent de ce mouvement 2004 ? La participation des enseignants au mouvement est toujours en constante augmentation. Pour rappel : 426 collègues participaient au mouvement 1999, ils étaient 433 en 2000, 476 en 2001, 536 en 2002, 566 l’an dernier et enfin 574 cette année !
Sur les 5 dernières années, cela représente une augmentation de plus de 30%. C’est tout sauf anodin.

1 collègue sur 3 a souhaité cette année, pour une raison ou une autre, changer d‘affectation.
Cette proportion est significative d’une dégradation des conditions d’exercice de notre métier et de l’environnement social.
Cette proportion en augmentation constante n’est pas à sous-estimer car elle signifie quelque chose de profond, tout sauf une mode ou une volonté de mutation purement fantaisiste de la part de nos collègues.
Elle est, de notre point de vue, la résultante d’une recherche d’un certain « mieux vivre » pour des dizaines de collègues qui n’en peuvent plus des effectifs chargés, des ouvertures de classes qui leur sont refusées, des fermetures injustifiées, de la lourdeur des taches, de certains élèves en grande difficulté sociale et familiale pour lesquels une prise en charge est insuffisante voire parfois inexistante faute de moyens.

Ces collègues vivent mal leur métier parce qu’ils vivent mal l’image d’une dégradation sociale constatée par tous et que la société leur renvoie sans complaisance.
Ainsi, comment comprendre que certaines écoles se vident totalement ou presque de leurs enseignants ? Nous évoquions l’an dernier la situation de Vix. Que se passe-t-il à la maternelle d’Aizenay ou à la maternelle Marcel Pagnol de La Roche ?

Les postes restés vacants étaient au nombre de 71 au mouvement 2003, ils seront de nouveau 59 à l’issue de cette CAPD.
Ce nombre reste cependant important alors que 83 collègues se retrouveront sans affectation à l’issue de cette première phase. Dans ce constat, nous renouvelons nos plus vives inquiétudes quant à la proportion inquiétante de postes de Brigades restés vacants sur la circonscription de Fontenay-le-Comte.

Les résultats de ce mouvement confirment encore une fois la non attractivité de certains postes, particulièrement : direction, AIS.
Le nombre de postes de directions restés vacants est identique à celui de l’an passé : 24.

Cela signifie très clairement : · d’une part que les nouvelles dispositions prises par l’ancien ministre pour l’inscription sur la liste d’aptitude n’a pas permis d’améliorer la situation ; · d’autre part que le refus par l’ancien et l’actuel gouvernement d’apporter des réponses au dossier de la direction et du fonctionnement de l’école malgré les 4 années de lutte et de grève administrative continue de peser sur la situation actuelle !

On peut aussi s’interroger sur le fait que cette fonction n’apparaît plus suffisamment attractive pour des collègues ayant un peu d’ancienneté alors que ceux débutant dans la carrière (donc avec un faible barème) font le choix de ces postes souvent pour des raisons géographiques.

Le SNUipp 85 se félicite du fait que nous ayons réussi ensemble à pérenniser le dispositif de la réservation de postes de direction qui offre aux jeunes collègues sortants une stabilité sur le poste de Direction.
Pour autant, la multiplication de postes de direction restés vacants ou non sollicités par des collègues plus anciens montrent bien la difficulté de ces postes : lourdeur des charges administratives, gestion de nombreux conflits, usure de l’exercice de cette fonction, absence de mise en perspective d’améliorations.

Concernant les postes AIS, le nombre important de postes restants vacants (15) continue de révéler une réalité récurrente : les conditions de travail et de formation ne rendent plus attractives ces fonctions.

Enfin, nous profitons cette année encore de cette déclaration pour rappeler, sans démagogie aucune, le travail efficace fourni par les services de l’Inspection Académique.

 

8 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.