www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : La carrière  / Formation continue et départs en stage 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
25 juin 2010

La formation continue... comme elle peut...

La réforme de la formation des maîtres, rejetée par l’ensemble de la communauté éducative, entre en phase d’application à la rentrée. Mercredi 16 juin, se tenait, au lycée De Lattre de Tassigny à La Roche-sur-Yon, une réunion sensée dévoiler les contours du dispositif d’accueil des futurs professeurs stagiaires (recrutés actuellement), ainsi que des étudiants en M1 et en M2, dans les classes du département. Étaient conviés à cette réunion bénévole (« sur la base du volontariat »), les maîtres formateurs (PEMF), les conseillers pédagogiques ainsi que l’ensemble des MAT (Maîtres d’Accueil Temporaires) du département. L’ensemble était chaperonné par Ms Morel (adjoint de l’IA partant en retraite) et Robichon (Futur adjoint de l’IA).

D’entrée de jeu, M. Morel a « planté le décor » en rappelant à tous que l’objet de cette réunion ne serait pas de remettre en cause le bien-fondé du dispositif de formation des futurs professeurs d’école. Restait donc le questionnement « à la marge » sur les contours du dispositif dans le département.

Pour les professeurs d’école stagiaires, il se composera de trois moments distincts :
- 2 jours d’accueil les 30 et 31 août 2010 « sur la base du volontariat » (Eh oui, la nomination des collègues ne prendra effet que le 1er septembre) ;
- une période de formation en compagnonnage dans les classes de titulaires, PEMF ou MAT, du 1er septembre au 22 octobre 2010 ;
- une ou des période(s) de formation continuée (« dispensée(s) par l’université ou toute autre structure qualifiée », toujours d’après M. Morel). Les stagiaires seront notamment regroupés 5 fois, par sessions de 2 jours, entre janvier et avril 2011.

Les professeurs stagiaires seront suivis durant l’année scolaire par les PEMF du département et par les conseillers pédagogiques de la circonscription à laquelle ils sont rattachés. Enfin, ils seront validés par l’Administration ou non au cours des mois de mai et juin 2011.

L’administration table sur à peu près 60 stagiaires à la rentrée 2010/2011. Or, sur le département, il n’y a que 16 maîtres formateurs faisant fonction. L’administration a donc besoin de 40 MAT (4 par circonscription) pour accueillir des stagiaires dès la rentrée et ce, sans formation préalable, cela va de soi. À ceux-là, s’ajouteront les MAT (qui ne devraient pas être les mêmes) devant accueillir des M1 en stages d’observation ou de pratique accompagnée. C’est donc essentiellement sur le réseau des MAT que reposera la formation professionnelle des collègues débutants. Sont-ils formés pour cela ? Quelles différences alors entre un MAT et un PEMF ? Ces questions amènent surtout à repenser l’accueil de ces futurs collègues comme un élément parmi d’autres d’une politique de formation professionnelle aussi limitée en terme de moyens que d’ambitions. En effet, cette année, les stages de formation proposés ne seront que 3, pour répondre aux besoins de classes disponibles pour accueillir les M2. Les thématiques retenues démontrent bien la grande ambition de l’Administration : Ecole Numérique Rurale / Langues Vivantes / Réseaux pédagogiques Expérimentaux (dans la circonscription des Herbiers). Où est la deuxième page ? Pourquoi alors avoir demandé aux collègues de « coucher » leurs besoins de formation à l’issue de la refonte de leurs projets d’école ? M. Morel répond à cette question en précisant qu’il appartiendra à chaque circonscription de proposer des conférences pédagogiques en lien avec les demandes de formation des enseignants. Les inspecteurs de circonscription, absents lors de cette réunion, seront certainement très satisfaits de ce « cadeau » de l’Administration. Dernière évolution et non des moindres, ce sont désormais les enseignants intéressés par les tâches de MAT qui devront se manifester auprès de leurs inspecteurs respectifs (jusque là, c’est votre IEN qui vous proposait cette responsabilité). On comprend alors que la rémunération, toujours en discussion (23 euros par semaine d’accueil actuellement) risque de devenir l’élément clé de la motivation de collègues, en mal de revalorisation salariale.

Même si on ne peut pas remettre en question la manifeste bonne volonté de Ms Morel et Robichon, à l’écoute, autant que faire se peut, ils ne seront pas parvenus à nous rassurer. Une fois encore, l’intérêt financier a dicté une réforme de l’éducation, au détriment de l’intégration réussie de nombreux collègues dans le métier. Tout le monde s’accorde à dire que le métier se complexifie et l’Administration propose pour y répondre une réforme de la formation reposant sur des personnels non formés aux tâches de la formation professionnelle, responsables dans le même temps de leurs classes.

Le SNUipp continue de demander le retrait de cette réforme de la formation initiale. Il revendique une formation professionnelle ambitieuse, avec des moyens adaptés, guidée par les besoins des collègues et non des impératifs budgétaires, parce que, plus que jamais, enseigner est un métier qui s’apprend !

Signez la pétition "100 000 voix pour la formation des enseignants !".

 

14 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.