www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Entrée dans le métier  / Archives 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
9 mars 2010

Formation initiale : modalités d’accueil des nouveaux enseignants à la rentrée 2010

Le Ministère a publié les détails de cette réforme, unanimement dénoncée. Signez la pétition 100 000 voix pour la formation des enseignants !

Le ministre de l’Education nationale vient de publier une note de cadrage concernant l’affectation et la formation des enseignants stagiaires, lauréats des concours 2010 (donc stagiaires en septembre prochain).

Ces dispositions résultent des décrets sur la « mastérisation » qui instituent le compagnonnage comme solution « moyenâgeuse » de la formation des enseignants et qui suppriment l’organisation actuelle de l’année de stagiaire et les IUFM.
Le SNUipp a voté contre ce décret et a multiplié les actions en faveur d’une véritable formation professionnelle au métier d’enseignant.
Nous n’avons eu de cesse de dénoncer le fait de placer en pleine responsabilité dans des classes, dès septembre, des lauréats au concours qui n’auront, pour certains, jamais effectué de stage dans les écoles.

Pour les professeurs des écoles, le ministre a en partie reconnu le bien fondé de cette critique en confirmant que les professeurs des écoles stagiaires feront classe jusqu’aux vacances de Toussaint en présence d’enseignants expérimentés qui leur apporteront aide et conseils, qui seront de préférence des maîtres formateurs.
Les stagiaires devraient être nommés en « surnombre » dans les écoles jusqu’aux vacances d’automne (« faire classe jusqu’aux vacances de la Toussaint en présence d’enseignants expérimentés qui pourront leur apporter aide et conseils »).

Les stagiaires, affectés sur des postes de brigade remplacement, seront donc « stabilisés » sur une école en début d’année puis affectés en novembre sur des remplacements longs. Ils bénéficieront alors d’un compagnonnage « plus souple ».

Cette solution devrait permettre d’éviter une entrée dans le métier trop brutale et sans préparation qui nuit aux élèves et aux professeurs stagiaires. Le rôle de l’Université dans les actions de formation est également confirmé.
Pour autant cette solution d’urgence est bien timide : « le volume de formation et d’accompagnement dispensé sera équivalent à un tiers de l’obligation réglementaire de service », « par ailleurs des périodes de formation groupées et/ou filées pourront être organisées ».
Est-ce à dire qu’elles ne sont pas obligatoires et que tout se résume à la présence (occasionnelle) d’un maître formateur (PEMF), d’un maître d’accueil temporaire (MAT) ou de « tout autre enseignant apte à aider les stagiaires de ses conseils ? »

Le SNUipp rappelle par ailleurs que de nombreux problèmes restent entiers : épreuves et modalités des concours à partir de 2011, validation de l’année de PE1, absence de cadrage des masters, …

Le SNUipp, qui demande le maintien de l’année de stagiaire à l’identique des années précédentes, prend acte de cette évolution.
Il appelle les enseignants et les étudiants en IUFM à poursuivre leurs actions
, notamment en faisant grève le 23 mars, pour obtenir l’abandon de cette réforme dangereuse pour l’école et, cette année comme les années suivantes, de meilleures conditions d’entrée dans le métier ainsi que le maintien des IUFM qui permettraient une véritable formation professionnelle indispensable à l’exercice du métier d’enseignant.

Tous ces éléments sont à mettre en lien avec la suppression de l’année de PE2, et des annonces de ce jour (mardi 9 mars) du Ministre concernant les problèmes de remplacement.
Il est aisé de faire le lien entre candidats qui échouent aux concours et moyens de remplacement "formés" et disponibles. Les Ministre aura à sa disposition un vivier de remplaçants contractualisable à merci.
Pour finir, se pensant très pertinent dans sa présentation, il donne l’exemple d’un professeur de mathématiques de l’Académie de Créteil allant faire un remplacement dans celle de Paris... quand l’Académie de Créteil est déjà largement déficitaire, ou encore que le département de Seine St Denis qui avait recruté 135 listes complémentaires en 2008-2009 mais 0 (zéro) en 2009-2010 !

Voir aussi
- l’excellent article du Café Pédagogique
- l’interview (avant la diffusion de la note) du Président de la FCPE sur France Info
- le texte de la circulaire
- la réaction du SNES aux propos de Luc Chatel

 

34 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.