www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actions  / Archives 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
16 novembre 2009

En grève le 24 novembre : tous pour l’école, l’école pour tous !

Budget, salaires, conditions d’exercice du métier, formation... L’école a besoin d’autres orientations. Le SNUipp et la FSU appellent à une journée nationale de grève le mardi 24 novembre. Pensez à envoyer votre déclaration préalable de grève (modèle ci-joint). Elle doit parvenir à votre IEN samedi 21 novembre dernier délai (rappel des textes).
Pour rappel, elle ne signifie pas votre participation effective à grève, mais votre intention d’y participer...
Il vous faudra de toutes façons, gréviste ou pas, compléter l’attestation de service effectué à l’issue de cette journée !

Budget, salaires, exercice du métier, formation des maîtres… L’Ecole n’est pas au beau fixe. Le SNUipp et la FSU appellent à une journée de grève le mardi 24 novembre, et à débattre des suites à donner à cette action.
Ecole, collège, lycée, université, le monde de l’éducation appelle à faire grève mardi 24 novembre. Dans le contexte actuel, la FSU a décidé « de prendre ses responsabilités ». Le projet de budget 2010 reste toujours marqué par le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. Une décision du président de la République qui soulève de plus en plus d’opposition dans l’opinion publique . Alors que la crise a conduit nombre de révisions des politiques, ce dogme restera-t-il intouchable alors qu’il frappe de plein fouet l’Education nationale ?

Une Education nationale qui affichera un déficit record de 16 000 postes en moins. L’école, pour sa part, après les remises en cause de la réussite de tous (RASED, Maternelle, Aide personnalisée…) et la déstabilisation professionnelle provoquée par Xavier Darcos, ou encore la tentative de mise en place des EPEP, voit disparaitre 9182 postes de PE2. Cette mesure, consécutive de la réforme de la formation et du recrutement, touche directement aux décharges de direction et aux stages de formation continue. Ces suppressions ne seront pas contrebalancer par la création de 2 182 emplois que le ministre affiche au titre de l’évolution démographique (+ 5 766 élèves attendus à la rentrée prochaine). Pourtant, l’an dernier, alors que le nombre d’élèves augmentait, le ministère n’ a pas utilisé tous les emplois budgétaires programmés. Selon la loi de finance, 1 232 postes n’ont pas été consommés.

Un récent sondage BVA-PEEP indiquait que 51 % des parents d’élèves interrogés jugeaient négativement la politique éducative du gouvernement. Avec en plus la baisse drastique de plus de 50% des crédits pédagogiques. C’est la poursuite d’une logique d’appauvrissement de l’école qui se poursuit, génératrice de détérioration des conditions d’exercice du métier. L’exact opposé de l’enthousiasme des participants à l’université d’automne du SNUipp. Des salles combles, une passion pour l’école et une recherche de toutes les transformations nécessaires pour construire une école de la réussite de tous. Ces ambitions rendent d’autant plus vives les exigences en matière de formation tout comme la nécessité de créer des postes pour faire face à la hausse des effectifs, transformer l’école avec plus de maîtres que de classes, enrichir toute la palette culturelle de l’école. Mille fois oui, l’avenir des élèves comme la formation ou la reconnaissance de qualification des enseignants appellent un engagement du plus grand nombre dans la journée de grève du 24 novembre.

Nos doléances, Monsieur le ministre
Le collectif « Un pays, une école, notre avenir » composé de 24 syndicats et organisations propose aux acteurs et usagers du système éducatifs d’envoyer une carte de doléance au ministre de l’Education nationale pour mettre « un coup d’arrêt au démantèlement du service public d’éducation ». Les discours sur le rôle du système éducatif pour corriger les inégalités sociales sont à l’opposé des choix engagés. La carte l’affirme : « dans l’immédiat, il est indispensable de renoncer aux 16 000 suppressions de postes prévues au budget 2010 et de décider un plan de recrutements de personnels titulaires dans l’ensemble des métiers de l’éducation ».



- 14 h 30 AG des personnels
Bourse du Travail La Roche sur Yon

- 17 h 00 Rassemblement devant l’Inspection Académique


Modèle de déclaration préalable

Word - 38.5 ko
Déclaration préalable (format Word)
opendocument text - 15.2 ko
Déclaration préalable (format Open Office)

Modèles de lettre aux parents (à copier - coller / amender dans votre traitement de texte)

Madame, Monsieur,

Tous les jours nous cherchons à créer les conditions de la réussite de tous les élèves. En effet nous savons combien l’acquisition des connaissances est décisive pour chaque élève. Nous avions, depuis l’année dernière, attiré votre attention sur les profonds bouleversements liés aux nombreuses décisions ministérielles.
Le budget 2010 prévoit à la rentrée prochaine la suppression de 16 000 postes d’enseignants qui s’ajoutent aux 13 500 suppressions de 2009, aux 11 200 de 2008.
Alors que 5 700 élèves supplémentaires sont attendus dans les écoles, le ministère poursuit dans sa logique de suppression de postes d’enseignants.
Et ce, alors même que les effectifs par classe dans notre pays sont déjà largement supérieurs à ceux de la majorité des pays européens.
Qui peut croire qu’avec moins d’enseignants, moins d’heures de classe chaque semaine, des programmes plus lourds, la fragilisation des dispositifs d’aides spécialisées pour les élèves en difficulté, les élèves pourraient mieux réussir à l’école ?
Ces mesures constituent une rupture sans précédent avec les fondements de l’école publique. Elles tournent le dos à l’école de la réussite de tous et constituent un véritable démantèlement de l’école publique.
Nous nous sommes mobilisés durant l’année dernière, notamment avec les parents d’élèves, pour exprimer notre désaveu de cette politique. Le ministre reste sourd à nos demandes.
C’est la raison pour laquelle nous serons en grève le mardi 24 novembre.
En effet, nous exigeons un autre budget qui permette de faire face à la hausse des effectifs, le développement des réseaux d’aides (RASED), la reconnaissance du rôle essentiel de l’école maternelle, une prise en charge des élèves handicapés digne de ce nom. Nous exigeons respect et dignité pour l’école publique, les élèves et les enseignants !

Nous comptons sur votre compréhension et votre soutien pour défendre et construire ensemble l’école dont nos enfants ont besoin.

Cordialement,

L’équipe enseignante

 

25 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.