www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Rythmes scolaires  / Archives 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
11 septembre 2008

Délibérations de Conseils de maîtres concernant la semaine de 4 jours

Quelques délibérations de Conseils de Maîtres, certaines à destination de leur IEN, d’autres à destination de la Mairie de leur commune, d’autres pour les deux...

Nous vous invitons à nous faire parvenir les vôtres afin d’alimenter cet article.


Mise à jour du 11 septembre
Voici deux décisions prises lors d’AG en Loire Atlantique :
- Secteur de Chantenay (Nantes Ouest)
Dans le premier degré, ce qui fait évidemment beaucoup débat dans les écoles ce sont :
a- les aménagements que les Inspecteurs nous demandent de fournir à la fin du mois concernant les deux heures de "soutien" aux enfants en difficulté.
Soulignons que 60% des équipes dans le 44 et 70% sur notre circonscription ont refusé au mois de juin de remplir ces avenants, dénonçant la suppression de ces heures pour l’ensemble des enfants, la stigmatisation des enfants en difficulté obligés d’allonger leur journée quand on sait déjà que les journées de travail sont trop longues, que la question de la difficulté scolaire n’est absolument pas traité par ce dispositif qui vise à culpabiliser, enfant, famille et enseignant s’il y a difficulté...c’est une opération de communication...

Les raisons de refuser de fournir notre copie sont les mêmes en septembre qu’en juin..un collègue souligne justement le manque de courage des IEN et conseillers pédagogiques qui désapprouvent pour la plupart ces mesures et qui veulent nous les faire appliquer...sans interpeller rectorat et Ministère...
Que faire ?

Dans la salle il y a eu un consensus pour s’appuyer sur la motion du SNUIPP : ces heures de services seront effectivement faites et serviront à la concertation dans l’équipe et aux liens avec les parents sur la question de la difficulté scolaire.
Des parents ajoutent : échanger, proposer sur les rythmes scolaires (mercredi matin, grandes vacances ?),

D’autre part, ce n’est pas à nous de proposer un emploi du temps alors que nous sommes opposés à ce dispositif. Que les inspecteurs, le fassent, qu’ils assument ensuite devant les familles et les personnels l’ensemble du dispositif, au lieu de nous renvoyer par école, par enseignant à des choix de fonctionnement que nous n’avons pas à faire et qui nous divisent parfois (qui a dit diviser pour régner ?!).
On attend donc que les IEN remplissent les avenants. Il ne faut pas qu’on réponde isolément, notre position du mois de juin est cohérente pédagogiquement, nous n’avons pas à la renier.


- Secteur de Sud Loire - Rezé, le 9 septembre
L’Assemblée Générale a adopté la résolution suivante :
L’Assemblée Générale estime que ce n’est pas aux enseignants de proposer un emploi du temps et de faire, école par école, des choix de fonctionnement alors que nous sommes opposés à ce dispositif qui supprime deux heures d’enseignement pour l’ensemble des élèves, comme nous l’affirmons massivement dans le département depuis le mois d’avril dernier.
Nous demandons donc aux Inspecteurs de le faire et d’assumer ensuite devant les familles, les personnels et les représentants des mairies, l’ensemble du dispositif.
Ainsi nous attendons de vous vous, Monsieur X, que vous remplissiez vous-même les avenants.


Mise à jour du 26 juin
Le bulletin spécial 2 heures du SNUipp85, envoyé dans les écoles en début de semaine est également disponible en ligne :

PDF - 499 ko
Bulletin spécial du SNUipp85

Pour mémoire, une pétition dans laquelle 200 enseignants de la circonscription de St Gilles et de Challans s’engagent à ne pas appliquer les mersures Darcos a été déposée mercredi 25 à l’IA.


Mise à jour du 21 juin

A l’initiative des enseignants de la circonscription Roche Nord, une rencontre s’est déroulée vendredi 20 juin afin d’apporter une réponse commune à l’administration.
A l’issue de cette rencontre, réunissant une trentaine de collègues représentant 17 écoles de la circonscription et 3 écoles de circonscriptions voisines, il apparaît que 3 écoles seulement ont fait des propositions à l’administration.
Les 17 autres écoles refusent de faire la moindre proposition. Un certain nombre d’entre elles ont également (ou le feront à l’occasion de leur Conseil d’Ecole à venir) fait parvenir un courrier exprimant les raisons de ce refus -modèles ci-dessous.
Cela a été également l’occasion de faire le constat que la situation est identiques sur d’autres circonscriptions de Vendée.

PDF - 10.4 ko
CR Rencontre Aizenay

Le SNUipp renouvelle son appel : ne vous laissez pas intimider et refusez de répondre aux demandes de l’administration -qui n’a d’ailleurs toujours pas édité de texte officiel concernant le temps de service des enseignants.. A elle de trouver les solutions à une problématique qu’elle a elle-même créée, dangereuse pour tous nos élèves ; ce n’est pas aux écoles d’en supporter les conséquences ni d’en assumer la responsabilité.


- Dans certaines communes, ce sont aussi les parents qui se mobilisent !

PDF - 10.4 ko
Tract parents

- Après s’être réunis le 1er avril dernier, de nombreuses écoles de La Roche-sur-Yon se sont retrouvées le 9 juin et font cette réponse au projet Darcos :
"Les 9 écoles présentes, venant d’une majorité des écoles de La Roche-sur-Yon, réaffirment l’analyse faite par les 35 collègues le 1er avril : les écoles refusent la logique de l’ensemble des projets ministériels.
Les participants vous invitent à ne faire aucune proposition traduisant le dispositif mais à envoyer à l’IEN le texte suivant, en l’état ou remanié :

Pourquoi faire hors du temps scolaire et pour un petit nombre d’élèves ce que le Service Public devrait pouvoir assurer à tous sur le temps de classe ?
Les écoles constatent qu’aucun texte, à l’heure actuelle, ne précise de façon compréhensible et formelle la répartition de ces 60 heures, pas plus que n’est organisé le temps de service des enseignants suite au passage à la semaine de quatre jours.
Enfin, en ce qui nous concerne, l’aide aux enfants en difficulté réside en divers points :
- ne pas retirer deux heures hebdomadaires de façon irréfléchie, soit trois semaines de classe sur l’année pour ce qui concerne la Vendée !
- S’appuyer sur les dispositifs existants, notamment les RASED dont il est urgent de compléter voire de renforcer les équipes.
- Donner aux écoles les moyens de lutter, en équipe, contre les difficultés scolaires.
En conséquence, dans la situation de flou actuelle, nous ne ferons aucune proposition d’organisation des horaires scolaires.
Vous souhaitant bonne réception, nous vous prions d’agréer, M. / Mme X, nos sincères salutations.
L’équipe enseignante.


Faites circuler le plus possible cette information.
Un grand merci aux écoles qui, par leurs envois au SNUipp85, nous ont aidés à rédiger ce courrier.


- Vous avez reçu un mail lundi 9 juin avec la position de la Ville de La Roche-sur-Yon concernant la semaine de 4 jours, position publiée dans le Ouest France du même jour.
Il nous paraît utile de préciser que cette prise de position fait suite à une rencontre le 30 mai dernier entre vos élus et responsables SNUipp de La Roche-sur-Yon avec les représentants CGT des employés communaux de la ville.
Ce n’est que suite à cette initiative et à l’interpellation de la Mairie que cette dernière a pris position.
Les responsables SNUIpp (FSU) et CGT de LA ROCHE SUR YON s’inquiètent vivement des conséquences pour les écoles publiques, pour la population yonnaise et pour les personnels des décisions du Ministre de l’Education Nationale.

A la prochaine rentrée, les écoliers vont perdre deux heures d’enseignement par semaine (l’équivalent de 3 semaines de classe sur l’année). X.Darcos tente de faire croire qu’un soutien sera organisé pour les élèves en difficulté. Ce dispositif inadapté, inapplicable, stigmatisant pour certains enfants, est un leurre : il est destiné à masquer les dizaines de milliers de suppressions de postes d’enseignants programmées. Les difficultés scolaires des élèves les plus fragiles seraient inévitablement aggravées. La responsabilité en serait alors détournée sur les enseignants et les familles.

La désorganisation du Service Public fait peser des risques graves sur les services municipaux qui interviennent en complémentarité : accueil du matin et du soir, restauration, service des assistantes d’écoles maternelles…

Depuis plusieurs semaines, les personnels de l’Education Nationale et les agents municipaux agissent en nombre contre ces mauvais coups. Ils veulent rendre à chaque yonnais, quelle que soit son origine sociale, le meilleur service. Leur mobilisation doit trouver écho auprès des élus. Il serait inconcevable que, sous couvert de gestion, la Ville de La Roche sur Yon
- pousse à la mise en place d’une école inégalitaire,
- traduise ces mesures de régression par un recul des services rendus aux habitants et des licenciements de personnels vacataires et auxiliaires.
Avec les enseignants des écoles publiques, avec les personnels municipaux, la population a besoin de pouvoir s’appuyer sur l’engagement d’une ville attachée à la défense des Services Publics.


- Délibération du conseil des maîtres de l’école élémentaire X à propos des modifications de l’horaire scolaire.

L’aide la plus efficace pour tous les élèves, et notamment pour ceux qui rencontrent le plus de difficultés, passe par le maintien des 3 semaines de classe que le Ministre veut supprimer.
Tous ceux qui en ont besoin doivent pouvoir bénéficier d’une aide accrue des RASED qu’il faut compléter et renforcer.
Les écoliers ont besoin d’enseignants disposant des moyens en temps et en formation continue permettant un vrai travail d’équipe. Ainsi pourraient être mises en place des aides personnalisées (petits groupes, ateliers, etc …) sur le temps de classe. L’alourdissement pour quelques enfants de la journée scolaire déjà trop chargée est la plus mauvaise des réponses.
Pourquoi faire hors temps scolaire et pour un petit nombre d’élèves ce que le Service Public devrait pouvoir assurer à tous sur le temps de classe ?


- Ecole maternelle X

- pas de soutien scolaire
- école de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30 (c’est ainsi depuis la mise en place du CEL et nous souhaitons poursuivre la même organisation de la semaine à la rentrée prochaine).
- si école de 14h à 17h : nous n’aurons plus la possibilité de décloisonner au sein de l’école (MS - GS) ni avec l’élémentaire (GS - CP - CE1) car les petits se lèvent de la sieste à 14h30.


- Ecole maternelle X
A destination de la Mairie de X, copie à l’IEN.

Monsieur,

L’équipe enseignante s’étonne de la teneur du courrier de la Mairie daté du 27 mai qui, s’appuyant sur un « relevé » de supposées « décisions », tient comme acquise la mise en place du dispositif des 60 heures, de façon unilatérale. Les propositions que vous formulez, sous couvert d’une harmonisation des horaires des écoles (de la commune), consistent en une ingérence dans le domaine pédagogique, dont il ne vous appartient pas d’organiser le temps de service des enseignants.

D’une part, ces 60 heures ne concernent en aucun cas du soutien scolaire à part entière, tel que vous semblez l’affirmer. Il nous appartiendra de les répartir suivant nos besoins : concertations diverses, rencontres avec le RASED, rencontres avec les parents d’élèves, formation continue... Aucun texte à l’heure actuelle ne précise de façon compréhensible et formelle la répartition de ces 60 heures, pas plus que n’est défini le temps de service des enseignants suite au passage à la semaine de quatre jours.

Nous estimons d’autre part que le soutien scolaire tel qu’il est proposé n’est pas adapté aux enfants de maternelle. En effet, où est le respect du rythme biologique de l’enfant dans le cadre de tels aménagements horaires, s’agissant, faut-il le rappeler, d’un allongement d’une demi-heure de la journée scolaire ?
De plus, en raison des horaires de la sieste, cet aménagement ne permettrait pas de poursuivre le travail en décloisonnement mis en place chaque début d’après-midi.

Enfin, en ce qui nous concerne, l’aide aux enfants en difficulté réside en divers points :
- Ne pas retirer deux heures hebdomadaires de classe de façon irréfléchie, soit trois semaines de classe sur l’année pour ce qui concerne la Vendée !
- S’appuyer sur les dispositifs existants, notamment les RASED dont il est urgent de compléter, voire renforcer les équipes.
- Donner aux écoles les moyens de lutter, en équipe, contre les difficultés scolaires (meilleur accueil des enfants de deux ans, rencontres et échanges plus fréquents avec les parents, préparation de classe découverte, élaboration et mise en place de projets spécifiques, formation continue, réduction du nombre d’élèves par classe, dotation de maîtres surnuméraires pour le travail en petit groupe sur le temps de classe...).

En conséquence, dans la situation de flou actuelle, nous ne ferons aucune proposition d’organisation des horaires scolaires.
Soyez assuré que nous émettrons les mêmes remarques auprès de Monsieur X, notre inspecteur de circonscription, lors du prochain conseil d’école.

Vous souhaitant bonne réception, nous vous prions d’agréer, M. X, nos sincères salutations.


L’équipe enseignante.


- Ecole maternelle et élémentaire de X
A destination de la Mairie, de l’IEN, de la FCPE, des DDEN.

Concernant l’organisation du temps scolaire 2008/2009 et plus particulièrement les 2 heures hebdomadaires attribuées pour l’aide aux élèves relevant de difficultés, le Conseil des Maîtres a effectué les remarques suivantes …
- Les enfants relevant de difficultés n’ont pas besoin de plus d’école, mais d’une « autre école »
- L’aide aux élèves relevant de difficultés doit être proposée sur le temps de classe existant.
- Les enfants « en mal d’école » ont largement assez d’une journée de classe de 6 heures
- Avec des effectifs de classe moins chargés, et avec plus de maîtres, le soutien et le travail en petits groupes serait plus efficace
- Ce travail est déjà effectué par les RASED et doit être poursuivi et amplifié avec plus de moyens pour ces réseaux d’aide
- 15 % des élèves d’un effectif est un nombre qui ne veut rien dire, cela peut être plus ou moins, selon les années, les groupes et les difficultés réelles prises en compte
- Donner plus de temps de travail à ces enfants serait aussi stigmatiser les difficultés et « montrer du doigt » ces élèves
- L’organisation de ce temps « péri-scolaire » proposé aux enfants et aux familles pose de nombreux problèmes qui s’entrechoquent entre eux : transport scolaire, horaires d’entrée et de sortie, accueil péri-scolaire, problèmes de fratries, services de restauration, organisation des ateliers du CEL, relations avec les parents, relations entre enseignants, horaires et tâches des personnels municipaux…

En conséquence, le Conseil des Maîtres s’est prononcé CONTRE l’organisation de ce projet d’aide aux élèves relevant de difficultés, tel qu’il est prévu.

Cependant, comme il est vraisemblable que l’on va nous l’imposer et considérant que ces heures font partie de nos horaires de services légaux, le Conseil des Maîtres proposera en septembre, une organisation expérimentale pour l’année scolaire reposant sur les bases suivantes :
- Horaires de l’école inchangés
- Aide aux élèves relevant de difficultés proposée par les enseignants de 8 h 30 à 9 h. L’enseignant de service devant être sur la cour à 8 h 50, les 20 minutes restantes seront consacrées à l’organisation et à la préparation de l’aide
- Les directeurs d’école souhaitent un aménagement horaire
- Un courrier sera adressé à toutes les familles, leur expliquant le protocole et les possibilités. Des explications seront également fournies à la réunion de rentrée
- Une demande est déjà effectuée auprès de la Mairie concernant une éventuelle gratuité du service d’Accueil péri-scolaire pour les fratries si seulement un enfant de la famille est pris en charge au soutien
- Les activités proposées pourront être encadrées soit individuellement par les enseignants, soit en binômes.

Veuillez recevoir Mesdames et Messieurs l’expression de nos meilleurs sentiments.

Les enseignants

 

19 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.