www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Rythmes scolaires  / Archives 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
11 mars 2008

Votre opinion sur les stages "de remise à niveau

Le SNUipp85 vous a tenu informé depuis le mois de décembre de l’avancement des discussions liées au passage à la semaine de quatre jours , en particulier en ce qui concerne un sujet qui nous touche tous à coeur : les aides aux élèves rencontrant des difficultés d’apprentissages à l’école primaire.

Le SNUipp, contrairement au SGEN CFDT et au SE UNSA (qui tentent aujourd’hui de justifier leur position), a refusé de signer le relevé de conclusions le 5 février dernier : à l’écoute de la profession, nous avons préféré consulter nos collègues, tout en leur donnant tous les outils , y compris un quatre pages spécial de Fenêtre sur Cours, pour se prononcer en toute connaissance de cause.

Nous vous proposons maintenant de donner votre avis sur la mise en place en Vendée "des stages de remise à niveau" dès les vacances de Paques 2008 -document de l’Inspection Académique arrivé dans les écoles jeudi 6 mars, qui a provoqué de très vives réactions et de très nombreux coups de téléphones et mail à la section du SNUipp85 dès vendredi (lire aussi notre mail arrivé dans les écoles vendredi 7 mars, et repris sur notre site  :

- ces stages sont-ils une réponse à la question du pouvoir d’achat ?
- ces stages sont-ils une réponse adaptée aux difficultés scolaires de nos élèves ?
- avez-vous l’intention de rentrer dans le dispositif ?

Nous vous proposions de Compléter notre enquête en ligne pour nous faire connaître votre avis . Les résultats de cette consultation sont repris ci-dessous.


Mise à jour du 21 avril

Merci à toutes les écoles, à tous les collègues qui se sont exprimés sur notre site pour donner leur avis sur la mise en place des stages.

Nous vous donnons le détail pour ce qui concerne la Vendée :
- 125 enfants "détectés" (environ 1,6% des élèves de CM)
- 25 collègues volontaires (environ 1,4% des enseignants de Vendée)
- Dans le privé : 119 enfants détectés pour 23 enseignants volontaires.

Nous voyons bien par ces résultats que les enseignants du public comme du privé ne sont pas dupes. Ils voient plus ce dispositif comme un outil d’une politique éducative populiste qui voudrait faire croire que la volonté du gouvernement est d’aider les familles défavorisées. S’engager dans la lutte contre les difficultés des élèves exige plus d’ambitions.

L’Inspection Académique n’a pas précisé les motivations de nos collègues qui ont choisi la mise en place des stages. Chacun est libre de ses choix. Vouloir encadrer ces stages, pensant qu’ils apporteront une aide effective à des élèves en difficulté, ou pour de simples raisons de pouvoir d’achat, relève d’une démarche personnelle.
Ne perdons pas de vue cependant que le paiement de ces journées sera comptabilisée par le Ministère comme une augmentation de la masse salariale globale de tous les enseignants, donc une augmentation des salaires de X%, "preuve de la volonté gouvernementale d’améliorer notre pouvoir d’achat..." (avant de dire que celui-ci progresse...)

Il convient avant tout de s’interroger sur l’influence réelle de ces stages pour des enfants en difficulté, généralement depuis de nombreuses années ; 15 heures de soutien vont-ils remédier à ce que nous n’avons pas réussi à faire en 800 heures de classe ?

Les collègues volontaires encadreront des élèves qu’ils ne connaissent souvent pas ; l’évaluation de leurs difficultés (en plus de celle du maître de la classe) et le choix de la réponse à y apporter sont à déduire de ces 15 heures, à supposer que 15 heures suffisent à les cibler ! Enfin, le temps de travail de préparation n’est quant à lui pas pris en compte du tout ... Là encore, chacun est libre de ses choix.

Ces stages ne sont pour l’instant basés que sur le volontariat et le travail des enseignants pour la détection des élèves pouvant relever de ce dispositif ; combien de collègues finiront par craquer face aux pressions de certaines familles, dont les enfants ne seront pas en difficulté, ou aux pressions de l’administration qui veut montrer sa volonté de faire face aux officines privées pour “démocratiser et rendre accessible à tous” ces soutiens ... après avoir retiré 2 heures d’école à tous les élèves, à commencer par ceux qui en avaient le plus besoin ?
Et pour certains parents, ne s’agira-t-il pas d’un mode de garde alternatif de 3h gratuites par jour ?

La place des collectivités territoriales n’est pas à négliger non plus : locaux à ouvrir, voire à chauffer, à entretenir...
Ainsi, dans une école de Challans, lors du Conseil d’Ecole, les enseignants ont déjà alerté la représentante de la Mairie qui a alors, malgré ses orientations politiques, montré une réelle inquiétude pour mettre en place ce dispositif ...

Les nouveaux programmes, indissociables de la réduction des 2 heures de classe hebdomadaire et de la mise en place de ces stages témoignent une nouvelle fois de la volonté de mise en place d’une Education qui ne sera plus Nationale, mais qui dépendra de l’environnement des écoles, variant selon les conditions d’exercice.


Théorème à mémoriser : moins d’école avec plus d’élèves pour moins d’enseignants pas mieux payés = meilleure école ???!!!

Ne savons-nous pas, pourtant, que pour vraiment aider tous nos élèves, il faut :
- diminuer le nombre d’élèves par classe,
- augmenter les heures de concertation,
- mettre à disposition plus de maîtres que de classes,
- augmenter le nombre des maîtres spécialisés et des psychologues,
- créer de vrais emplois d’éducateurs au sein de l’école.

Ces mesures coûtent cher dans un premier temps, mais elles ont ensuite le mérite de détecter rapidement les élèves en difficulté et de les accompagner pour qu’ils ne se retournent pas contre notre société : les dégâts sont alors très lourds financièrement ! Et elles permettent au plus grand nombre de mettre son potentiel au service de la collectivité : encore un bénéfice considérable !
Ces mesures permettent aussi de ne pas trop charger les enseignants qui n’en peuvent plus d’avoir de moins en moins de moyens pour aider tous les enfants. Or le manque de conviction est le pire mal qui puisse arriver à ceux qui ont la mission de partager leur foi en l’avenir et comment sinon aider les élèves à grandir ?


Mise à jour du 27 mars
A ce jour (jeudi 27 mars, 19h15), vous êtes 47 écoles à avoir répondu au questionnaire en ligne (d’autres nous ont répondu par e-mail, ou par courrier, nous joignant leur réponse négative à la participation éventuelle au dispositif ; ces réponses ne sont pas prises en compte dans ce commentaire).

- 45 ont répondu NON à la première question (1 oui, et 1 non renseigné),
- 47 ont répondu NON à la deuxième question
- 47 ont répondu NON à la troisième question

Parmi les réponses, plus du quart proviennent d’écoles des circonscriptions Roche Nord et Roche Sud, le reste étant réparti équitablement sur la Vendée, à l’exception de la circonscription de Fontenay le Comte (3 participations).
9 écoles sont des écoles maternelles
21 écoles des des écoles élémentaires
17 écoles sont des écoles primaires

SI CE N’EST DEJA FAIT, CONTINUEZ À VOUS EXPRIMER !


 

6 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.