www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Le métier  / Direction et fonctionnement de l’école 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
23 janvier 2020

Fonctionnement et direction d’école : premier groupe de travail en Vendée

Compte-rendu du premier groupe de travail sur la direction et le fonctionnement de l’école, qui s’est réuni en Vendée le 14 janvier 2020.

Dans le cadre des engagements ministériel, pris le 13 novembre dernier, la Directrice académique a convoqué mardi 14 janvier un groupe de travail sur la direction d’école.

Composition

Ce groupe de travail est composé de :
- 8 directeurs-trices d’écoles de 2 à 7 classes (primaires, maternelles et en RPI)
- 4 représentant-es du personnels (2 SNUipp-FSU, 1 FO, 1 SE-UNSA)
- 7 représentant-es de l’administration Mme Côme, DASEN, M. Barilly, IEN-Adjoint, Mme Mazard, M. Paré, Mme Ridier, M. Douriaud, IEN et M. Tertrais (SG)

Le SNUipp-FSU 85 a écrit à la DASEN pour réclamer que soient représenté-e-s les directeurs-trices des écoles de 4 classes ou moins car, initialement, aucun représentant n’avait été convié ! (Elles représentent pourtant plus de 53% des écoles du département !)
PDF - 343.6 ko
Le courrier du SNUipp-FSU 85 pour demander le respect de la démocratie représentative

Compte-rendu

Le SNUipp-FSU rappelle qu’il y a déjà eu en 2016 un groupe de travail sur l’allègement des tâches de direction, sans effets sur la charge de travail des directeurs-trices, chaque année plus lourde.

L’installation de ce groupe de travail s’inscrit dans la continuité des mesures prises depuis le tragique suicide de notre collègue, Christine Renon. Des réunions se sont tenues dans les circonscriptions et un questionnaire a été envoyé à tous les directeurs-trices dont le compte-rendu est consultable ici.
- Les réunions de directeurs-trices dans les circonscriptions ont permis, pour une fois, de faire part de leurs difficultés et des innombrables des tâches qui leur incombent. Un constat est unanimement partagé : Les temps de décharge actuels sont insuffisants !
- Le questionnaire ministériel a été complété par plus de 29 000 directeurs. Il en ressort :

  • que c’est une charge lourde en termes de temps et de responsabilités ce qui génère stress et insatisfaction.
  • qu’il faut du temps de décharge supplémentaire
  • qu’il faut du personnel supplémentaire pour gérer l’accueil et de secrétariat.

Ce dernier point a fait débat au sein du groupe de travail. Certains estiment que l’octroi d’un moyen humain supplémentaire demandera du temps pour le former.

Depuis toujours, le SNUipp-FSU est favorable à la création de ce type de poste mais pas au détriment d’un temps de décharge supplémentaire indispensable et à la condition sine qua non que ces emplois ne soient pas précaires et pour une durée d’un an.

La question de la formation a aussi été évoquée. Le besoin est évident et pourtant, nombre de directeurs-trices hésitent à partir en stage par peur du retard qui s’accumulerait du fait de leur absence de l’école. Les directeurs-trices présent-e-s pensent que les échanges entre pairs sont des moments précieux de formation et propose qu’un temps y soit consacré lors de chaque réunion de directeurs.

La Directrice académique a fixé des objectifs à ce groupe de travail :
- Installer un groupe
- Etablir un calendrier
- Identifier les axes de réflexion.
- Organiser des commissions de suivi des propositions ministérielles à venir.

Elle propose 3 axes de réflexion :
- Les responsabilités pédagogiques
- Les responsabilités relatives au fonctionnement d’école.
- Les responsabilités relationnelles avec les parents et les partenaires.

Le SNUipp-FSU remarque que la responsabilité pédagogique qui devrait être première est pourtant souvent négligée par manque de temps.

Un directeur a proposé que la question de la reconnaissance fasse partie des axes de réflexion.

Cette question a suscité un débat au sein du groupe de travail, faut-il octroyer un statut au directeur-trice d’école, faut-il un supérieur hiérarchique dans les écoles ?

Le SNUipp-FSU réclame :
- une augmentation significative du temps de décharge
- une reconnaissance financière à la hauteur des responsabilités assumées par les directeurs-trices
Pour autant, contrairement à d’autres organisations syndicales, il ne voit pas en quoi la présence d’une autorité hiérarchique dans les écoles constituerait une amélioration des conditions de travail des directeurs-trices ni de leurs adjoints. Il semble même évident que le nombre de leurs missions augmenterait ainsi que la pression administrative. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder du côté des chefs d’établissements du 2nd degré (qui disposent d’un statut) : c’est actuellement la profession la plus en souffrance dans l’éducation nationale, avec le triste record du nombre de situation de burn-out (source : enquête CASDEN)
Par ailleurs, le SNUipp-FSU attaché au fonctionnement démocratique des écoles, constate que l’absence de chef est loin de faire partie des préoccupations mises en avant, ni dans les réunions de circonscriptions, ni dans le questionnaire ministériel. (Seuls 11 % des personnels ayant répondu est favorable)

La date du prochain groupe de travail est fixée au mardi 24 mars à 17h30.

Si vous souhaitez faire part de vos remarques ou de vos questions à vos représentants du SNUipp-FSU n’hésitez pas à les envoyer à snu85@snuipp.fr

L’équipe du SNUipp-FSU 85

 

37 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.