www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actions 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
26 novembre 2018

Ruralité : le SNUipp-FSU 85 reçu en audience en préfecture

Compte-rendu de l’audience obtenue par le SNUipp-FSU 85 en préfecture le 12 novembre 2019, sur la question de l’école rurale et du maillage territorial de l’école publique en Vendée.

Présents :
- Madame PÂQUET, Sous-préfète de Fontenay-Le-Comte (représentant M. le Préfet, en visite ministérielle)
- Madame BAZZO, Directrice Académique des Services de l’Education Nationale de la Vendée
- Monsieur BOBIN, Monsieur CAMINADE et Madame GUICHAOUA, représentants du SNUipp-FSU 85

Les représentants du SNUipp-FSU 85 rappellent les motifs de cette demande d’audience : une convention ruralité a été signée en Mayenne récemment et dans d’autres départements limitrophes, des réflexions sont en cours localement ; la question se pose de savoir ce qu’il en est en Vendée. Est-ce qu’une réflexion a été engagée dans notre département ? Est-ce qu’une signature est à l’ordre du jour et si oui, quel est l’échéancier envisagé ? Quels sont les objectifs qui seraient visés par une telle contractualisation entre l’état et les collectivités concernant l’école ?

Madame la sous-préfète annonce qu’il y a bien une réflexion d’engagée mais qu’à ce jour, aucun calendrier n’a été arrêté et que la signature se fera en fonction de l’avancée des travaux. L’objectif de la convention ruralité pour les partenaires est d’offrir un cadre de réflexion partagé pour les acteurs du territoire. Cette convention permettra aux élus de s’approprier la problématique de la ruralité en ayant une meilleure lisibilité de son impact sur l’école. La convention doit permettre d’ouvrir la porte à une réflexion partagée à destination des élus. Pour l’état, « cela ne doit rien avoir d’enfermant mais au contraire donner des visibilités à toutes et tous ».

Madame la DASEN évoque la convention ruralité comme étant pour elle un texte légitimant son action auprès des élus lorsqu’elle souhaite évoquer avec eux l’avenir de leur école. Elle souhaite « donner une légitimité réciproque aux élus, à l’éducation nationale et aux services de l’État pour partager ses réflexions, bâtir un diagnostic partagé et accompagner au mieux les territoires ». Elle considère aujourd’hui, manquer de base pour en parler et souhaite disposer de plus d’éclairages sur les moyens et longs termes pour prendre les décisions de carte scolaire. Elle compte s’appuyer sur la convention ruralité pour pouvoir exposer les choix qui se présentent aux élus, tels que les RPI par exemple.

Pour le SNUipp-FSU 85, les élus de Vendée n’ont pas attendu la rédaction d’un tel document pour s’organiser et que des RPI se sont constitué naturellement en nombre quand le besoin et le désir se sont fait sentir.

Par ailleurs, le double réseau d’écoles dans notre département (public et privé) ne permet pas toujours le développement des écoles publiques. La convention ruralité ne doit pas permettre de renforcer la posture de certains élus qui ne sont pas favorables à l’enseignement public sur leur commune, arguant d’une mutualisation avec d’autres communes proches, au détriment du service public de proximité. Si convention il y a, elle doit au contraire faciliter le développement de l’école publique dans tous les territoires. L’Inspection Académique de Vendée a su, dans le temps, apporter aux regroupements pédagogiques (RPI) des moyens comparables aux écoles plus importantes (décharges de direction) tout en prenant en compte des seuils d’effectifs à la fermeture plus favorables. C’est ça la prise en compte et le soutien à la ruralité.

De plus, il est nécessaire que cette contractualisation ne viennent pas se substituer aux choix des élus locaux et n’apporte pas une orientation « venue d’en haut » : regroupements d’écoles, fermetures de petites structures qui fonctionnent… Education nationale et services de l’État doivent au service d’un maillage territorial de l’école publique au plus près des besoins. À ce titre, le SNUipp-FSU 85 rejette l’inscription d’objectifs structurels, ou cela reviendrait à nier par avance toute discussion.

Enfin, à ce jour, nous regrettons que la boucle de réflexion quant à la rédaction de la convention n’inclue pas toutes les personnes concernées par l’école en milieu rural et notamment que les enseignants et les parents d’élèves en soient exclus. Les représentants du SNUipp-FSU demandent de la transparence et que soient associés tous les acteurs et les usagers de l’école, à tous les niveaux. Le dialogue et la transparence sont incontournables dans une démocratie. Les travaux en cours doivent faire l’objet d’une communication au sein d’instances de dialogue tels que les conseils d’école, au niveau local, et le CDEN, au niveau départemental, puisque les acteurs et usagers de l’école y sont représentés.

Nous ne sommes pas contre les évolutions du service public d’éducation, mais les échanges et les décisions qui en découlent doivent être fédérateurs, dans l’intérêt des élèves de tous les territoires, et non sources de divisions ou de clivages.

JPEG - 133.8 ko

 

22 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.