www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : La carte scolaire  / Rentrée 2018 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
5 septembre 2018

Carte scolaire : le point sur la rentrée en Vendée

Compte-rendu du groupe de travail carte scolaire, analyse des décisions et de la nouvelle méthode de la DASEN.

Comment s’organise la carte scolaire habituellement ?

La rentrée scolaire départementale se prépare dès le mois de janvier, lorsque le Recteur attribue la dotation pour chaque département. La DASEN réunit alors un comité technique spécial départemental (CTSD), instance qu’elle préside et dans laquelle siègent les IEN et les représentants des organisations syndicales, pour présenter un premier projet de créations et de suppressions de postes : c’est la première phase de carte scolaire.

Il y a trois ans, la DASEN de Vendée a supprimé la seconde phase de carte scolaire, traditionnellement organisée en juin, à partir des prévisions plus affinées qu’en février. Les dernières mesures d’ouvertures et de fermetures étaient alors arrêtées lors d’un nouveau comité technique, le lendemain de la rentrée scolaire, après vérification des effectifs par les IEN.

Que se passe-t-il à cette rentrée ?

Pour la rentrée 2018, le Ministère a supprimé 19 postes d’enseignants 1er degré en Vendée. Lors de la 1ère phase, la DASEN a créé 12 CP dédoublés en REP et de nouveaux postes de chargés de mission.

Au regard des fluctuations importantes des prévisions d’effectifs dès le printemps, à l’initiative du SNUipp-FSU, l’ensemble des organisations syndicales, des parents d’élèves FCPE et des représentants des élus locaux ont exigé et obtenu le retour de la phase de carte scolaire de juin 2018. La DASEN a alors arrêté un nombre important de mesures, favorables (annulations de gels et de fermetures) ou non (annulation d’une ouverture et suppression de nombreux « plus de maîtres que de classes »). Il ne lui restait alors que 0,5 poste pour aborder les mesures de rentrée.

A cette rentrée, la directrice académique a innové en décidant de ne pas convoquer de CTSD début septembre pour acter des mesures d’ouverture et de fermeture en fonction de l’évolution des effectifs depuis le mois de juin. Cette innovation nous a vivement inquiétés au point de réfléchir sérieusement à notre présence à un groupe de travail qu’elle réunissait ce 4 septembre, sans connaitre le sens et l’utilité de cette réunion. Dans l’intérêt des collègues que nous représentons et des écoles que nous défendons, et parce nous n’avons pas l’habitude de pratiquer la politique de la « chaise vide », nous avons pris nos responsabilités en siégeant malgré tout.

La DASEN a expliqué qu’elle avait fini l’année scolaire en concédant la tenue d’un CTSD (traitant des ouvertures et fermetures) sous la pression conjointe des acteurs de l’école (enseignants, parents, élus). Elle reprend alors notre argument de permettre aux collègues des écoles comme aux collectivités de préparer au mieux la rentrée, en anticipant tout ce qui peut l’être, avec des prévisions affinées. Souvenons-nous, en 2017, en l’absence de carte scolaire en juin, 10 ouvertures et 10 fermetures avaient été décidées à la rentrée, créant des modifications de structures et des changements d’affectation évidemment mal vécus par les écoles, les personnels et les familles.

Dès le début de la réunion, la DASEN a confirmé sa volonté de ne pas modifier la carte scolaire (pas d’ouvertures et pas de fermetures) même si des constats à la baisse ont été faits dans des écoles. Cependant, elle dit rester à l’écoute des situations présentées par les représentants des personnels. Elle propose alors d’apporter un soutien pédagogique par la mise à disposition, pour l’année scolaire, d’une brigade dans les écoles concernées. Pour que le poste soit pérennisé et paraisse au mouvement, cette mesure devra être confirmée lors de la carte scolaire 2019 au regard des nouvelles prévisions d’effectifs.

Analyse du SNUipp-FSU 85

JPEG - 20.8 ko
Clique pour adhérer !

Le SNUipp-FSU se satisfait de l’évolution du discours et de la démarche de la directrice académique, résultats de nos différentes actions : rétablissement d’une phase de carte scolaire en juin, pas de fermeture de classe à la rentrée. Néanmoins, on ne peut que regretter que l’ensemble de ces mesures se fasse une fois encore à moyens constants et insuffisants. Les élus du SNUipp-FSU 85 ont donc porté toutes les situations en leur connaissance, la plupart ayant été retenues par la DASEN.

Malheureusement, sans poste supplémentaire, c’est le remplacement (voire la formation continue) qui sera fragilisé puisque l’on y ponctionnera 6 postes pour l’année scolaire. Par ailleurs, le choix d’un groupe de travail en lieu et place d’un comité technique, engage la DASEN dans un pari sur l’équité entre les écoles. En effet, si nous sommes très satisfaits qu’il n’y ait plus de fermetures à la rentrée, un simple groupe de travail ne permet pas d’effectuer d’ouverture là où ce serait vraiment nécessaire. Par ailleurs, l’absence des IEN au groupe de travail ne permet pas d’entrer dans le détail des situations avec eux.

Si cette proposition ne valide pas définitivement l’évolution des structures, elle apporte la reconnaissance du besoin d’un enseignant supplémentaire pour répondre aux besoins des élèves. C’est pour le SNUipp-FSU une réponse efficace à la situation de ces écoles, mais qui démontre que les moyens en postes ne sont pas suffisants pour répondre aux situations de notre département. C’est alors un enjeu de budget de l’Etat, voté par les parlementaires. Les représentants du SNUipp-FSU 85 vont se retourner vers eux pour leur apporter les arguments nécessaires aux prises de décisions dans l’intérêt des territoires.

En effet, même si statistiquement le P/E (nombre de professeurs pour 100 élèves) s’améliore et même si la moyenne par classe diminue (du fait de la baisse démographique) même si quelques dispositifs d’accueil des moins de 3 ans ou de dédoublements de CP existent, la situation est loin d’être confortable dans toutes les écoles. C’est bien par une dotation suffisante que des réponses adaptées aux écoles pourront se faire sans aller puiser dans les moyens de remplacements qui pourront faire défaut le moment venu.

Enfin, le SNUipp-FSU 85 a demandé une analyse fine de cette nouvelle procédure, à partir des constats d’effectifs de toutes les écoles du département. Un bilan est en effet nécessaire pour anticiper la préparation de la rentrée 2019.

- Écouter l’interview croisée entre le SNUipp-FSU 85 et la DASEN de Vendée.

Les brigades sédentarisés décidés par la DASEN :
- Damvix
- La Roche sur Yon Pont Boileau maternelle
- La Tranche sur Mer
- RPI Puy de Serre / Faymoreau
- Saint Pierre du Chemin
- Xanton Chassenon

D’autres situations ont été soulevées par le SNUipp-FSU 85, sans obtenir gain de cause...

 

17 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.