www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : La carte scolaire  / Rentrée 2018 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
18 juin 2018

Carte scolaire : compte-rendu de la phase de juin

Compte-rendu du Comité Technique du 18 juin 2018.
Nous avons eu raison de porter collectivement la demande d’un CTSD en juin, les mesures prises par la DASEN confirment la nécessité de ce calendrier : 13 mesures de fermeture abandonnées sur 29. Nos convictions portées par de nombreuses écoles qui se sont mobilisées ont eu raison. Le rapport de force peut payer ! Néanmoins, cette carte scolaire s’opère toujours avec l’obligation de rendre 19 postes du ministère, ce qui empêche des évolutions positives généralisées. Il est inacceptable que des mesures nationales soit à financer sur les fonds propres des départements. Ainsi, la DASEN ferme 5 dispositifs plus de maitres que de classe pour financer la levée de fermetures prises en février.
Les mobilisations collectives organisées localement et départementalement par la communauté éducative (enseignants, parents, élus) permettent d’obtenir des évolutions positives. Tout n’est pas gagné, la balle est maintenant dans le camps des parlementaires pour le vote du budget 2019 qui doit entériner une nécessaire création de postes !
Déclaration du SNUipp-FSU 85

Ce comité technique va nous permettre d’affiner la situation réelle des écoles en cette fin d’année scolaire. Ce moment nous semble plus juste pour envisager de façon équitable la gestion de la rentrée. Si nous accueillons positivement la convocation de ce CTSD, unanimement demandé par les organisations syndicales, nous condamnons toujours avec la même fermeté la dotation négative qui est attribuée à notre département. Cette décision dégradera sérieusement les conditions d’apprentissage là où une classe fermera, et ne permettra pas une amélioration là où une ouverture est nécessaire pour les élèves.

Quand nous évoquons des conditions favorables, nous n’exprimons pas des attentes démagogiques mais des attentes partagées par tous quand nous constatons des classes à plus de 25 élèves.

Quelles sont les conséquences d’une classe chargée ?
- Un enseignant surchargé par la préparation de la classe (préparation matérielle, corrections) et usé par la conduite de la classe.
- Quand on sait combien l’espace est un élément fort pour la réussite des élèves, des conditions de travail dégradées dans des locaux qui ne sont pas conçus pour de tels effectifs.
- Une prise en compte des besoins de chaque élève complexifiée, voire rendue impossible et relations entre enfants plus conflictuelles qui dégradent le climat scolaire dans sa globalité.

Au total, des élèves qui ne sont pas dans des conditions souhaitables d’apprentissage. Conditions défavorables qui pèsent plus lourdement encore pour les élèves les plus fragiles.

D’ailleurs cette analyse fait consensus puisque le ministre acte le besoin de dédoubler des classes de CP pour mieux faire réussir les élèves.

Évidemment cette mesure est nécessaire pour tous les enfants, sans se limiter au CP et à l’Education Prioritaire.

Pointons au passage une situation ubuesque illustrant la limite de ces dispositifs lorsqu’ils ne sont pensés qu’avec une vision urbaine des écoles. Les structures ne bénéficiant pas d’un poste supplémentaire dans le cadre du dédoublement des CP se doivent de les isoler dans une classe entrainant parfois la surcharge des autres classes au-delà du respectable ou obligeant à une répartition des élèves qui interrogeraient dans d’autres circonstances.

Quant au « pognon de dingue » pour les pauvres, il n’est pas dépensé dans l’éducation nationale. Nous le constatons au quotidien dans nos classes, trop surchargées, sans aides extérieures suffisantes, sans formation pour les enseignants à la hauteur des enjeux. Quand aujourd’hui, la parade à la baisse démographique serait la mise en place de conventions de ruralité dans des territoires qui sont déjà largement impactés par la pauvreté, c’est une nouvelle fois un recul de l’Etat vis-à-vis des familles les plus démunies. Partout où ce type de convention a été mis en place, cela a conduit à éloigner l’école des lieux de vie n’est pas une réponse adaptée pour une meilleure éducation. C’est une réponse comptable à un déficit d’investissement. Quand un enfant nécessite une aide extérieure et que la famille n’a pas de moyen de transport, ce n’est pas en éloignant l’école et en réduisant les frais de déplacement des personnels itinérants qu’une solution sera trouvée mais en développant les structures d’accompagnement et en améliorant les conditions d’apprentissage dans les classes.

Prenons l’exemple du RPI Puy de Serre/Faymoreau. L’école comptera à la rentrée 53 élèves répartis de la TPS au CP avec 28 élèves et du CE/CM avec 25 élèves. Au-delà de l’aspect exceptionnel que ces collègues auront au quotidien à faire classe dans ces conditions, ce sont bien des enfants de notre République qui se voient oubliés par l’Etat.

Ce ne sont pas non plus les simagrées de la « rentrée en musique » qui feront oublier aux enseignants comme aux enfants les conditions dans lesquelles ils devront passer l’année scolaire. Évidemment, chaque enseignant de France a toujours préparé une rentrée dans la confiance, la bonne humeur et avec bienveillance. Mais qu’est-il fait pour que les enseignants soient dans les mêmes dispositions ?

Alors, Madame la Directrice, vous n’êtes pas sans savoir que les conditions d’exercice se tendent partout, en atteste le nombre croissant d’audience, de plaintes, de collègues en difficulté, même parmi les plus chevronnés… Les effectifs dans les classes constituent un des leviers permettant de retrouver de la sérénité. Nous aurions encore besoin de moyens pour la formation, pour le fonctionnement des écoles, pour l’aide spécialisée et pour le remplacement. Oui, Madame la Directrice, nous sommes exigeants parce que les élèves qui sont face à nous, dans nos classes, sont en attente forte d’éducation.

Nouvelles mesures prises par la DASEN à l’issue du Comté Technique Spécial Départemental du du 18 juin 2019

3 OUVERTURES
- 2 maintiens : Bazoges en Pareds, Le Fenouiller
- 1 ajout : RPI Le Gué de Velluire / La Taillée
- 1 abandon : La Roche S/Yon Léonce Gluard mat

0 OUVERTURE RESERVEE
- 1 abandon : Talmont St Hilaire élém

17 FERMETURES
- 16 maintiens : La Roche S/Yon Flora Tristan mat, Fontenay le Comte Florence Arthaud mat, Nesmy, Les Herbiers F. Dolto mat, St Sulpice en Pareds, La Guyonnière, St Christophe du Ligneron, Olonne Sur Mer Marcel Baussais, Challans La Mélière, Fontenay le Comte René Jaulin, Palluau, Le Champ St Père, Froidfond, Mortagne S/Sèvre Robert Desnos, Moutiers les Mauxfaits, RPI Le Poiré S/ Velluire - Velluire
- 9 ajouts : Le Poiré s/ Vie Les Pensées, St Philbert de Bouaine mat, Damvix, Apremont, Pouzauges F. Dolto mat, Les Sables d’Olonne Les Jardins mat, Vouvant, Olonne s/ mer R G Cadou, La Roche sur Yon Pont Boileau mat
- 13 abandons : Montaigu Les Jardins maternelle, St Georges de Montaigu mat, Benet mat, Les Essarts mat, Tiffauges, La Barre de Monts, Château Guibert, St Etienne du Bois, L’Herbergement, La Bruffière, La Roche S/Yon M Pagnol élém, Notre Dame de Riez, La Bruffière, Benet élém
- 5 fermetures de dispositifs plus de maîtres que des classes : fermeture de 5 postes : Mouilleron St Germain, Benet, Vix, Le Poiré Sur Velluire / Velluire, Les Herbiers la Métairie, L’Île d’Elle

0 GEL
- abandons : Chavagne les Redoux, Soullans, Les Sables d’Olonne Clémenceau élém, Les Magnils Reigniers Beugné L’Abbé, Rocheservière, St Hilaire des Loges, La Boissière des Landes, St Michel le Cloucq primaire, St Hilaire de Loulay, La Roche S/Yon Laënnec élém
- maintenu : 0
- ajout : 0

MESURES DIVERSES :
- Dispositifs première scolarisation :

  • maintiens : Les Essarts en Bocage / RPI St Juire Changillon
  • abandons : La Ferrière / Les Herbiers

- 4ème plan autisme, en partenariat avec l’ARS :

  • Maintien : Dompierre s/ Yon
  • Chantonnay Remondet.

Modification des secteurs enseignants référents ASH :

Coordination éducations prioritaire
- Déplacement du poste de La Roche sur Yon à Fontenay le Comte (pour un rayonnement départemental)

 

34 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.