www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Le SNUipp-FSU  / Vie syndicale  / Années scolaires antérieures  / Réunion sur le temps de travail du 9 novembre 2005 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
23 novembre 2005

"Atelier" Challans et littoral, la synthèse du 9 novembre et ses suites...

Suite à la réunion d’information sur le temps de travail du 9 novembre, nous proposons à l’atelier "Challans et le littoral" de se retrouver :
le lundi 28 novembre
à 17h15
à l’école de La Croix Maraud
à Challans


Nous nous appuierons sur la synthèse du 9 novembre qui suit ...

ATELIER 3 : Challans et le littoral

Notre réflexion a surtout porté sur l’aide aux enfants en difficulté car si cette aide existe vraiment, les autres élèves ne pâtissent pas de l’hétérogénéité et l’école peut jouer son rôle : permettre à chacun de trouver sa place dans l’école et plus tard dans la société.

- Pour beaucoup d’entre nous, ce serait déjà bien de diminuer le nombre d’élèves par classe à 20 pour mieux suivre chaque élève. Comment en effet remplir sa mission dans une classe de 30 élèves avec plusieurs enfants en grande section qui ont des problèmes de comportement, un enfant déficient de 4 ans et un autre enfant en danger car il revient dans sa famille après 3 ans de placement (en sachant qu’une enquête judiciaire dure 6 mois et dépend de la « réputation » du juge ) ?... .

- Le redoublement pose question : pourquoi n’est-il pas efficace ? Manque de structure ?

- Notre difficulté à prendre en charge les élèves en difficultés sur un plan « social » est culpabilisante : on se retrouve complice du système. Quelles solutions ?

- On voit aussi que la dualité scolaire privé/public nous gangrène de l’intérieur en nous mettant des bâtons dans les roues.. (ex. de la municipalité qui va payer la scolarité d’un élève qui ira en privé dans une commune voisine)

- Le manque d’adultes présents dans les écoles se fait durement ressentir : on n’a plus d’éducateurs et on nous refuse un maître surnuméraire. Pourtant on sait que les subventions accordées par les communes ne nous permettre pas d’employer les intervenants nécessaires : il ne faut pas seulement des moyens financiers mais des moyens humains. Par exemple en Z.E.P., les conditions de travail permettent de traiter les difficultés des élèves car il y a plus de moyens humains et du temps libéré.

- On constate peu d’aide des conseillers pédagogiques qui cumulent un double handicap : une surcharge de travail et une coupure avec la réalité (ils n’ont plus la charge d’une classe à mi temps par exemple)...

- Les ZIL disponibles ne sont pas envoyés le vendredi dans les écoles car l’administration ne veut pas payer les primes des samedis et dimanches... C’est un vrai problème car ces primes, pas vraiment fondées, pourraient servir aux déplacements du RASED...

- Il n’y a plus de bilan de santé avec les parents pour les enfants en grande section, le médecin fait juste une visite : pesée, vue...alors qu’avant il pouvait faire un peu de prévention. On constate aussi que la PMI ne se déplace plus dans le Nord du département...

- Face au grand nombre d’élèves en difficulté (bien que beaucoup d’enseignants reconnaissent ne pas signaler tous les « cas » puisqu’ils savent que le RASED ne pourra pas intervenir), le RASED est surbooké : rencontre avec les enseignants, avec les enfants, avec les parents, avec les services sociaux... et rédaction de bilans sans compter les déplacements pour lesquels l’enveloppe budgétaire est très réduite... donc chacun paie ses transport pour pouvoir travailler car dès novembre, il n’y a plus d’argent...De plus les enseignants spécialisés sont désormais obligés de payer eux-mêmes leur formation continue. La réponse de l’I.A. interpellé : « je ne peux pas vous empêcher de rester dans vos bureaux » ou « vous pouvez changer de métier... » Il y a eu des actions en Loire Atlantique : les réseaux ont décidé de montrer leurs désaccords en annonçant aux familles qu’ils ne pouvaient plus se déplacer (plus de frais...) ; c’est remonté jusqu’au Sénat et les primes ont été remises en place... Une question, cependant, se pose : la tendance du gouvernement serait-elle de faire disparaître les RASED ?

- On vient d’apprendre que le Recteur avait en projet de fermer la section maçonnerie à l’EREA alors qu’on entend le gouvernement annoncer en parallèle l’apprentissage dès 14 ans... La position du SNUipp est claire par rapport à l’apprentissage dès 14 ans : ce n’est pas une solution envisageable et ce serait un bond en arrière énorme...

- D’autre part, les auxiliaires de vie sont des emplois très précaires (pas de temps complet donc pas de quoi vivre)... D’ailleurs, l’E.N. trouve peu de volontaires. Une ancienne aide éducatrice, devenue professeur des écoles, s’indigne de ce nouveau statut.


PROPOSITION DE REVENDICATIONS :

Il existe beaucoup d’inégalités selon les départements car l’I.A. dispatche l’enveloppe budgétaire selon ses volontés.

On ne peut donc pas dissocier la lutte locale et la lutte nationale  : en effet si on réclame sur une école, on obtient souvent au détriment d’une autre école. (Gardons en mémoire l’exemple des 500 postes en Loire Atlantique obtenus après un mois de grève : ils ont habillé Pierre en prenant à Paul... 4 ans + tard, les postes sont rendus au fur et à mesure...sous différents prétextes...)

Et pour finir, nous nous sommes mis d’accord sur ces quelques revendications :

- des effectifs réduits
- un maître surnuméraire par école
- davantage de psychologues (actuellement, 1800 élèves pour une psychologue à Challans), de postes de rééducation, de médecins, d’ infirmières.
- du temps de concertation
- pas de postes précaires sous payés

Il faut donc communiquer avec les familles (car, à chaque fois, que les parents sont là, en nombre, on commence à être entendu), avec les institutions scolaires, médicales, communales, régionales, politiques... et syndicales !


Nous donnons, sinon, rendez-vous à tous les membres des RASED du département :
le vendredi 2 décembre
à partir de 17h30
à la Roche sur Yon
à la Bourse du Travail (RDC salle 2)


 

52 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.