www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Le paritarisme  / Le Comité Départemental de l’Education Nationale (C.D.E.N) 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
28 septembre 2005

CDEN du 27 septembre 2005

Déclaration des élus du SNUipp/FSU 85

Bilan de la rentrée 2005 dans les écoles en Vendée

Si l’on devait qualifier en trois mots cette rentrée scolaire dans l’enseignement public en Vendée c’est bien : Dynamisme et bonne santé.
En effet, tous les indicateurs sont au vert pour attester que le dynamisme et la bonne santé de l’école publique sont confirmés et amplifiés.

I. Dynamisme et bonne santé

Avec une hausse de + 1086 élèves (+ 342 en maternelle ; + 746 en élémentaire ; - 2 en AIS) cette rentrée scolaire aura marqué une fois encore la progression significative de l’enseignement public dans notre département.
La réouverture de 4 écoles publiques (10 classes au total) est sans doute le phénomène le plus révélateur de cette évolution.
Il ne s’agit pas d’une mode ou d’un phénomène conjoncturel, mais bien d’une tendance de fond, d’un mouvement profondément inscrit dans l’évolution de notre société en Vendée.

L’enseignement public progresse année après année au détriment de l’enseignement privé confessionnel dans notre département parce qu’il témoigne d’un changement des mentalités dû à plusieurs phénomènes :
• le flux migratoire et la hausse démographique profitent davantage à l’enseignement public, ce qui a pour effet : un renouvellement des générations, et une mixité sociale
• la confiance accrue des familles pour une école de qualité,
• la qualité de l’enseignement et le dynamisme des enseignants.

Cette rentrée ne s’est pas faite sans douleurs. Elle a donné lieu encore une fois à des batailles syndicales fortes et déterminées (plusieurs jours après la rentrée pour certaines d’entre elles) : Mervent, St Hilaire de Loulay, la Chapelle Achard, Curzon, la Génétouze, Orouët, Rivoli, la Mélière à Challans ....
Chaque fois le SNUipp 85 et la FSU Vendée ont tout mis en œuvre pour aider les collègues et les parents d’élèves à établir le rapport de force nécessaire pour faire aboutir l’exigence de moyens supplémentaires.
De ces batailles, une leçon s’impose à tous : toutes les écoles qui étaient dans l’action avec le SNUipp, (sous une forme ou sous une autre) ont obtenu satisfaction : soit une ouverture de classe (parfois en moyen provisoire), soit l’abandon d’une mesure de Gel !!

D’autres situations déjà apparaissent et témoignent à leur tour de cette évolution incontournable et particulièrement sensible sur la côte et le rétro-littoral : c’est le cas au Fenouiller où l’augmentation régulière des effectifs (malgré le contexte défavorable) laisse d’ores et déjà envisager une rentrée 2006 avec un effectif supérieur au seuil d’ouverture d’une 4ème classe.

Dans un autre domaine, les luttes menées à Challans pour faire reconnaître les besoins spécifiques de la SEGPA en faveur d’une population scolaire en difficulté est de ce point de vue exemplaire de la combativité et de l’engagement solidaire des collègues et des parents d’élèves.

II. Difficultés persistantes et retards

La place qu’occupe aujourd’hui l’enseignement public dans le département et la montée en charge des effectifs dans nos écoles ne doivent cependant pas masquer les difficultés qui subsistent encore et toujours dans nombre d’écoles.

En effet, les sous-estimations répétées des évolutions des effectifs de ces dernières années, la politique de limitation des effectifs des enfants de 2 ans, le maintien de seuils trop élevés (parmi les plus élevés de France) font que les dotations de ces 5 dernières années n’ont toujours pas permis de compenser définitivement les retards accumulés ni d’enclencher les progrès qualitatifs et quantitatifs partout et pour tous à la hauteur des besoins pour une politique de Service Public de qualité, juste et efficace.

Sur les 10 dernières années, la croissance démographique aura permis de voir progresser les effectifs de l’enseignement public de + 4390 élèves (soit + 17 %), pour la même période, le département de la Vendée s’est vu doté de + 169 postes (soit l’équivalent de 1 poste / + 26 élèves).
On le voit bien, cette augmentation d’élèves scolarisés n’a pas été accompagnée des dotations à la hauteur des besoins.

Le constat objectif que nous faisons de cette situation avec un recul de 10 ans, c’est :
• une augmentation de la moyenne par classe dûe pour l’essentiel à des seuils trop élevés : 24,24
• une dégradation du P/E (le nombre d’enseignants pour 100 élèves) : 5,21

III. Fonctionnement des écoles et ambition pour un avenir meilleur

Un bilan d’une rentrée scolaire c’est aussi l’occasion de tirer les enseignements du fonctionnement du système scolaire dans notre département.
Or, le contexte de cette rentrée avec notamment la mise en œuvre de la Loi d’orientation conforte les écoles dans leurs difficultés et appelle plusieurs remarques de notre part autour de trois domaines essentiels ...

- La direction d’école et le fonctionnement des écoles

La direction d’une école est une responsabilité qui devient de plus en plus lourde. Aux tâches administratives usuelles se sont ajoutées depuis déjà de nombreuses années des missions de coordination des actions pédagogiques, de relation avec les familles, les élus locaux, l’administration.
Des négociations devaient permettre au printemps dernier de déboucher sur des améliorations qualitatives et quantitatives. Il n’en a rien été !
Il y a urgence à sortir de cette impasse en traitant, sur le fond, les problèmes rencontrés par les personnels : la persistance des vacances de postes de direction en est l’expression la plus visible !
En Vendée, 22 directions sont restées vacantes à la suite du dernier mouvement.
Pour la 6ème année consécutive, le SNUipp a donc décidé d’appeler la profession à reconduire le principe de grève administrative en bloquant l’envoi de tous documents administratifs.

- les emplois de Vie Scolaire

En décidant de recruter 45 000 Emplois de Vie Scolaire à cette rentrée, le gouvernement a choisi de passer en force et de renforcer la précarité dans l’Education Nationale.
Ces jeunes seront recrutés sur des contrats précaires à temps partiel de 6 à 24 mois, sans avenir, pour un salaire de 500 à 600 euros mensuels. Ce dont l’école a besoin ce sont des emplois stables et durables. De plus, ce dispositif n’est pas adapté aux besoins des écoles.

- la maternelle

Après avoir été durant une longue période un des départements qui affichaient un des taux parmi les plus élevés en France de scolarisation des enfants de 2 ans, la Vendée connaît depuis quelques années un véritable recul.
En effet, l’évolution positive des effectifs scolarisés dans les écoles publiques s’est faite depuis quelques années au détriment de la maternelle qui continue de payer un lourd tribu dans la gestion des cartes scolaires.
C’est le résultat de seuils d’ouverture trop élevés (les plus élevés de l’Académie et parmi les plus élevés de France) et de l’application de la limitation des effectifs des enfants de 2 ans.

- l’enseignement spécialisé

Le nombre important de postes restés vacants en AIS à cette rentrée (15 dont 6 postes de psychologues) confirme la dégradation des conditions de travail et de formation qui ne rendent plus attractives ces fonctions.
De plus le redécoupage des circonscriptions à donné lieu à une diminution des postes AIS sur le département et à une augmentation des secteurs d’intervention pour une population toujours croissante.
L’insuffisance des recrutements de ces dernières années ajouté au manque d’anticipation face au renouvellement important en raison des nombreux départs à la retraite dans ces fonctions place le département dans une situation périlleuse.

En conclusion,

Parce que nous sommes attachés aux missions de service public, notamment celles de l’école.
Parce que tous les élèves doivent avoir les mêmes chances de réussite.
Nous serons en grève le 4 octobre aux côtés des autres salariés du public et du privé pour exiger un budget à la hauteur des besoins éducatifs, pour l’emploi et les salaires, pour le développement des services publics.

Voir aussi l’article paru dans Ouest France, page Vendée, ce mercredi.

 

6 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.