www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Le paritarisme  / Le Conseil départemental de formation (CdF) 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
21 décembre 2016

Conseil de formation du 2/12/2016

Compte-rendu du Conseil départemental de formation du 2/12/2016, sur l’entrée dans le métier d’enseignant et la formation continue.

Pour mémoire, siègent à cette réunion la DASEN (souvent absente), l’IEN adjoint à la DASEN, des représentants des CPC, des PEMF, de l’ESPE, des psychologues scolaires, de Canopé, de l’Université. 1 siège est réservé pour représenter les stagiaires. Suite aux dernières élections professionnelles, le SNUipp-FSU 85 a obtenu les 3 sièges de représentants des enseignants.

Bilan du Plan Départemental de Formation 2015/2016

Comme tous les ans, l’Administration s’est contentée d’un bilan quantitatif pour évaluer la formation des enseignants du Département (nombre de journées stagiaire réalisées par rapport au nombre de journées stagiaire prévues), sans réaliser de bilan qualitatif, malgré les demandes régulières et récurrentes des délégués du personnel du SNUipp-FSU85.
Par conséquent, le terme de bilan utilisé par l’Administration ne permet en aucun cas de discuter des contenus et modalités retenues pour la formation de tous les enseignants du département. L’IEN-A, comme les documents le confirment, a néanmoins reconnu qu’un nombre important de formations n’avaient pu se tenir en raison d’importants problèmes de remplacement.

Enquête 2016-2017 pour la formation des enseignants du 1er degré

Les élus du SNUipp-FSU 85 avaient obtenu, il y a deux ans, la création et la diffusion d’une enquête destinée aux enseignants du premier degré afin de recenser, réellement, leurs demandes et besoins de formation, en termes de contenus et de modalités. Elle sera reconduite cette année, avec une volonté manifeste de voir davantage de collègues s’en emparer (entre 16 et 17% l’an dernier). Nous avons demandé à ce qu’un soin particulier soit apporté à la lisibilité des choix et d’inclure dans l’enquête l’ancienneté des collègues, les attentes en terme de formation n’étant évidemment pas les mêmes tout au long d’une carrière. Pour une meilleure analyse des besoins par bassin, les collègues s’identifieront également par le biais de leurs circonscriptions. Cette enquête présente un caractère exceptionnel au niveau académique et peut constituer un véritable levier objectif pour obtenir une formation plus proche des attentes de la profession.
Elle devrait être diffusée par le biais des boîtes professionnelles (ac-nantes) aux alentours du 15 janvier. De même, un encouragement à son remplissage pourrait être formulé à l’occasion des prochaines animations pédagogiques. Les enquêtes devraient intégrer un volet sur les animations pédagogiques. Il est convenu de réunir un Groupe de Travail sur ce questionnement, plus propice à des échanges spécifiques à ce sujet.

M@gistère : bilan de l’utilisation du dispositif en 2015/2016 et perspectives pour l’année 2016/2017

L’Administration s’est livrée à un bilan quantitatif aussi bien que qualitatif, plutôt objectif, de m@gistère. L’IEN-A fait état de 100 sessions de formation différentes. Il estime qu’il s’agit peut-être d’un nombre trop important qui surcharge les formateurs.
Les CPC remettent en question « l’efficacité » des parcours m@gistère. Les collègues s’investissent peu dans ces parcours, en tout cas moins qu’auparavant, d’après les statistiques.
Pour le SNUipp-FSU 85, la participation à un parcours m@gistère reste vécu comme une contrainte par un nombre important de collègues et ce, malgré la dynamique de choix enclenchée. Il est rappelé que les collègues privilégient les animations en présentiel, et non en distantiel qui ne répondent pas aux besoins des collègues d’échanger.
Le nombre de mails reçus par les collègues au sujet de la formation reçus par les collègues (changement de dates, de lieu, ODM…) ne facilite pas non plus la lisibilité de l’ouverture des parcours.

Point sur la formation des Fonctionnaires Stagiaires (ex PES)

Deux nouveaux représentantes des FS étaient présents pour ce premier conseil de formation : l’une est issue du corps de M2 issus du M1 MEEF quand l’autre a obtenu le concours dans le cadre d’une reconversion professionnelle.
Le SNUipp-FSU 85 alarme le Conseil de formation sur l’état de stress important dans lequel se trouvent (très tôt) les FS. Il a demandé, sans retour, la réunion d’un Groupe de Travail à ce sujet. [une fin de non recevoir a depuis été adressée par la DASEN ( !)]
L’analyse des représentantes des stagiaires met en avant le caractère chronophage de la formation et la diversité de l’accompagnement dont sont l’objet les FS. Un nombre important de formateurs sont particulièrement bienveillants mais, dans le même temps, d’autres FS jugent les propos qui leur sont tenus particulièrement « durs », voire irrespectueux.
Elles demandent aussi un renforcement des relations entre ESPE et formateurs IA, pour plus de cohérence. Le suivi par différents tuteurs est malgré tout salué par les FS. A ce propos, l’IEN-A a rappelé que la priorité était donnée au suivi des cours à l’ESPE en cas de conflit d’emploi du temps. Les stagiaires doivent, s’ils sont concernés, en informer l’inspection de leur circonscription.
Même si la question de la manière dont sont prises ou interprétées les paroles des formateurs est ouverte, on ne peut nier totalement le ressenti des FS. Pour l’ESPE, le protocole de fonctionnement harmonisé entre IA et ESPE commence à porter ses fruits et va dans le bon sens, tout en reconnaissant des difficultés pour harmoniser les informations sur les FS en difficulté. Une réunion est programmée à ce sujet le mercredi 7 décembre.
L’ESPE fait état de 25% des FS qui seraient en grande difficulté [propos reformulés par la suite : 25% des stagiaires bénéficient d’un accompagnement renforcé mais tous ne sont pas en grande difficulté]. Un CPC évoque la grande fragilité de certains FS (4/8 sur son secteur). Il s’étonne du peu de sollicitations des FS pour répondre à leurs difficultés. Il fait part d’un certain déni de la difficulté. L’accompagnement renforcé, si lors de l’annonce peut être anxiogène, permet d’apporter une réponse préventive et n’est pas un élément négatif pour la validation.
La contractualisation de la difficulté est nécessaire mais peut conduire à fragiliser psychologiquement les FS.
La nécessité d’aider les FS a hiérarchisé leurs priorités a été discutée. Le besoin d’outils pratiques est une demande récurrente, pour alléger le travail des FS.
Une formatrice fait état de son travail au sein du Groupe d’Ecoute et d’Accompagnement de l’ESPE des Pays-de-Loire, pour assister les stagiaires en difficulté ou en souffrance qui en font la demande. Actuellement, aucun stagiaire de Vendée n’a souhaité y participer.

 

15 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.