www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : La carte scolaire  / Rentrée 2015 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
6 novembre 2015

Intervention de la FSU auprès du Recteur sur la rentrée dans le 1er degré

Ce 2 novembre, le Recteur réunissait le Comité Technique Académique pour présenter le bilan de la rentrée 2015 dans l’académie. La FSU est intervenue sur le 1er degré et la rentrée particulièrement difficile en Vendée.

La rentrée dans le premier degré a été conforme à nos craintes. La faible dotation en postes, octroyée quasi intégralement à la Loire-Atlantique ne permet toujours pas une amélioration significative des conditions de travail des PE. Les postes de RASED supprimés ces dernières années ne sont toujours pas rendus, la scolarisation des moins de 3 ans est retombée sous le seuil de 2012. Le recours à la liste complémentaire mérite quelques explications de votre part M le Recteur car personne n’est dupe : l’école primaire est une priorité oubliée pour reprendre la Une d’un journal gauchiste le Monde et il sera bien difficile d’atteindre les 20 000 créations de postes.

La nouveauté aura été le mouvement des personnels en Loire-Atlantique où une semaine avant la rentrée, près de 400 collègues étaient sans affectation. La circulaire de 2008 appliquée à la lettre par l’IA n’est pas applicable dans ce département et comporte trop d’éléments opaques remettant en cause le traitement équitable du mouvement.

Quant à la baisse des effectifs, elle s’explique par la poursuite de la mise en œuvre de la semaine à 4,5 jours. L’enseignement catholique, sous ses beaux discours d’appartenance au service public d’éducation, maintient la semaine à quatre jours avec l’accord tacite du ministère, de certaines collectivités territoriales.
Cela engendre de fait une concurrence déloyale au détriment de l’école publique.

Situation particulière de la Vendée

13 postes pour 95 élèves supplémentaires attendus à la rentrée 2015 étaient une dotation très généreuse pour un département comme la Vendée nous dit-on localement. Le constat des effectifs renforce même cette analyse puisque ce sont près de 380 élèves qui se sont égarés dans les statistiques ou qui ont échoué dans l’enseignement privé. Un vrai retournement de situation lié à la fausse réforme des rythmes scolaires. Pourtant cette dotation a fait « pschit », répondant à peine aux besoins d’éducation prioritaire, aux nouvelles décharges de direction à 3 classes, à la création d’une école publique, aux besoins de l’enseignement spécialisé. Aucune marge possible pour le renforcement indispensable des moyens de remplacement, pour la formation continue et pour l’amélioration des conditions d’enseignement qui sont inacceptables dans ce département avec des seuils d’ouverture et de fermeture les plus élevés de France.

Une délégation SNUipp / FCPE a d’ailleurs été reçue au ministère pour dénoncer non seulement l’insuffisance des moyens mais également leur répartition. Le lissage du P/E dans l’Académie est une duperie masquant les différences des départements. L’approche ministérielle va d’ailleurs à l’inverse de la tendance académique. Il ne peut y avoir un P/E égal pour des réalités départementales différentes.

La prise en compte de l’importance de l’enseignement privé est également ignorée. Alors que nous entendons de façon récurrente l’idée de donner plus à ceux qui ont moins, quelles mesures concrètes corroborent ce concept. En Vendée toujours, quand l’enseignement privé accueille 50 % des élèves, c’est l’enseignement public qui accueille 70 % des enfants handicapés. C’est aussi l’enseignement public qui accueille les situations sociales les plus défavorisées. Les clivages sociaux entre les écoles publiques et les écoles privées sont connus de tous. Alors, quels moyens sont pris pour compenser ces difficultés ? Nous connaissons sur ce département des classes à plus de 30 élèves en éducation prioritaire ou devant accueillir des élèves d’ULIS, des classes maternelles à 33, 34 ou 35 élèves dans l’indifférence la plus totale. C’est inacceptable. Un plan de rattrapage baissant de façon significative les seuils doit être pris en direction des écoles publiques qui, pour leur part, remplissent les valeurs de notre République en accueillant tous les enfants.

- Lire aussi la déclaration générale de la FSU

 

20 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.