www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Le métier  / Pédagogie 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
8 octobre 2015

Programmes d’élémentaire : pourquoi le SNUipp-FSU s’est abstenu ?

Ce sont des programmes chargés et de qualité très inégalequi viennent d’être adoptés au Conseil Supérieur de l’Éducation et qui entreront en vigueur à la rentrée 2016.

Le SNUipp-FSU s’est pour sa part abstenu, estimant que si les orientations en français et mathématiques vont dans le bon sens, ce qui est attendu en sciences, langues vivantes, arts et EPS reste le plus souvent inadapté et parfois irréaliste pour les élèves de l’école primaire.

Des programmes trop chargés

JPEG - 22.7 ko

Par exemple, en sciences, les programmes demandent aux élèves de travailler sur « le signal, de mouvement et de mesure de la valeur de la vitesse d’un objet », et sur « l’origine de la matière organique des êtres vivants et son devenir », ceux d’arts sur la « matérialité de la production plastique », ou pour les volumes de maîtriser les notions « d’enveloppe et de structure, de passage et de transition ». La barque des programmes reste encore bien chargée alors que dans le même temps, le ministère vient de diminuer les horaires de sciences et d’arts au profit de l’enseignement moral et civique (EMC).

La concision demandée par le SNUipp-FSU n’est pas au rendez-vous puisque le programme de cycle 2 comporte 80 pages et celui du cycle 3 plus de 100. C’est 4 fois plus qu’en 2008 et 2 fois plus qu’en 2002 et cela sans compter l’EMC.

On ne peut pas évaluer la qualité des programmes à leur longueur mais on peut, par contre, se demander comment les enseignants se les approprieront. Quand un professeur de collège aura 10 ou 20 pages à lire pour sa discipline, un professeur d’école devra lui en étudier 5 à 10 fois plus. On pense notamment au découragement qui guette ceux qui auront une classe à cheval sur les cycles 2 et 3, ce qui est courant.

Aucun plan de formation en vue !

On ne peut pas parler de priorité au primaire, quand aucun plan de formation continue n’est programmé à ce jour. Et ce ne sont pas les 3 à 9 heures d’animations pédagogiques un mercredi après-midi qui vont changer la donne.

On ne peut pas parler de priorité au primaire non plus quand les enseignants de maternelle ont été obligés - sans formation continue également - de se débrouiller tout seuls pour télécharger et imprimer des nouveaux programmes et des documents d’accompagnement. Connaissez-vous des métiers où de telles évolutions sont si peu accompagnées ?

Nous demandons donc encore une fois un plan de formation continue de de grande ampleur pour la maternelle et l’élémentaire ainsi que la diffusion papier des programmes et des documents d’accompagnement.

Le ministère vient d’ailleurs de trouver des moyens pour réaliser un sondage auprès des parents sur l’école. Alors soyons optimistes ! Nous sommes persuadés qu’il est donc possible de financer l’envoi des nouveaux programmes, l’outil professionnel des enseignants, en version papier dans les écoles.

Enfin, produire des nouveaux programmes pour les élèves et les enseignants, ce n’est pas lancer une bouteille à la mer. Nous avons demandé et obtenu qu’un dispositif de suivi de la mise en application des nouveaux programmes soit mis en place après la rentrée 2016 pour examiner les réussites et obstacles rencontrés.

Horaires et programmes : ça ne tient pas

Le ministère a proposé une nouvelle grille fixant les horaires d’enseignement. Pour permettre la mise en place de l’EMC, le ministère a diminué les horaires en arts ou en sciences ( moins 9 H en arts au C2, moins 6H en arts et moins 6 h en sciences au C3) mais pas les contenus encore lourds.

Le SNUipp-FSU a demandé qu’on réabonde les horaires de ces matières et que l’on allège les contenus. Face à la réponse négative, nous avons voté contre l’arrêté des horaires, craignant un programme intenable contraignant les collègues à faire des choix, chacun dans leur coin, en laissant de côté certains contenus. Ce qui finit par être inégalitaire pour les élèves, comme l’a relevé l’IG à propos des programmes de 2008.

Et la récréation ?

Pour améliorer la proposition du ministère qui voulait « que les temps de récréations .(..) n’excèdent pas 2 H par semaine », le snuipp-fsu a fait valoir que ces temps doivent être souples, par demi-journée et tenir compte de l’âge des enfants, notamment en maternelle ( temps d’habillage et de déshabillage), de la configuration de l’école etc...

Message entendu : il n’y aura pas de durée plancher avec un arrêté qui précise que « les temps de récréation sont déterminés en fonction de la durée effective de la demi-journée avec environ 15 minutes en élémentaire et 30 minutes en maternelle ».

Votes exprimés par les représentants des personnel 1er degré et les parents d’élèves pour l’ensemble des programmes des cycles 2, 3 et 4* :

18 voix POUR dont SE-UNSA et SGEN-CFDT 12 "ABSTENTION dont SNUipp et FCPE 21 voix CONTRE dont FO, CGT et SNES

* L’administration a proposé un vote sur l’ensemble des programmes des cycles 2, 3 et 4 qui ont été travaillé dans une vision globale et cohérente jusqu’à la fin de la scolarité obligatoire.

 

35 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.