www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Le métier  / Éducation prioritaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
19 mars 2015

Education Prioritaire : audience Réseau Réussite Scolaire du 18 mars.


Le mépris envers les collègues de nos écoles du RRS était au programme également, à commencer par l’envoi mardi matin du projet de CAPE pour une réunion le mardi soir.
La sortie de l’Education Prioritaire est un refus de reconnaître une spécificité.
La non signature du Contrat d’Objectifs Scolaire, qui a demandé un lourd travail des équipes en est un autre exemple.
Puis plusieurs fois lors de la réunion, et ce, dès le début : Madame la DASEN s’étonnait d’avoir un représentant des personnels présent, "car ce n’est qu’un groupe de travail", "mais puisque vous êtes là, on ne va pas vous demander de partir".
"L’invitation" était la suivante : "Madame la directrice Académique recevra les 10 directeurs du RRS, en ma présence, le mardi 17 mars 2015 à 16 h 45 à la Direction Académique (salle du rez-de -chaussée). Elle m’a chargé de vous inviter à cette rencontre."
Les collègues pouvaient légitimement demander à être accompagnés.

Les 10 collègues directeurs étaient présents.

Mme la DASEN a commencé par rappeler le cadre dans lequel était proposé ces CAPE, et que cette réunion n’était qu’une réunion de travail.

"Les écoles qui quittent le RRS font l’objet de CAPE.
Le Recteur avait pris un engagement dans ses courriers du mois de décembre de maintenir les moyens existants : les seuils favorables (avec comptabilisation tel qu’aujourd’hui des enfants de moins de 3 ans), le dispositif Plus de Maîtres Que de Classes aux Pyramides élémentaire et maternelle et le dispositif d’accueil des moins de 3 ans à Jean Moulin maternelle.
C’est cet engagement du Recteur, pris à la demande de la Ministre de l’Education Nationale, qui doit faire l’objet d’une Convention Académique de Priorité Educative.
Il s’agit d’un engagement réciproque, avec les engagements du Recteurs et qui suit les axes des projets d’école ; ces projets étant différents pour chaque école, les conventions seront donc différentes pour chaque école.
L’objectif aussi étant d’assurer un temps minimum passé à leur élaboration, c’est pourquoi le support de base est fourni, à compléter par les écoles (en s’appuyant sur le COS et sur le courrier du Recteur).
L’appellation RRS disparaît mais les modalités de fonctionnement restent identiques.
Ces modalités ne pouvant être questionnées compte tenu des spécificités des écoles, et de l’existant qui perdure."

Les collègues ont ensuite posé un certain nombre de questions (entre guillemets les réponses de Mme la DASEN) :
- si la municipalité ne suit pas sur le dispositif moins de 3 ans ?
« On sera bien embêté, d’autant que c’est un projet qui nous tient à cœur »,
« si la municipalité ne suit pas, on avisera ».
- pourquoi ne pas aligner la durée des CAPE sur celle des REP ?
« C’est prévu tel quel, mais le RRS à La Roche-sur-Yon est plus ancien que 3 ans, et malheureusement, nous serons probablement dans la reconduction automatique. Le délai n’est pas un point majeur ».
- quelles seront les modalités de fonctionnement (coordination et temps de formation) ?
« Le poste de coordination, qui a une facette départementale, subsitera ; reste à déterminer une organisation prenant en compte les nouvelles REP. Le temps de formation, dans le cadre de la circonscription, reste d’actualité. »
- Il n’y a plus de territoire RRS, comment continuer à travailler ensemble, a fortiori en ne se basant plus que sur des projets individuels ?
« Le dernier COS (Contrat d’Objectifs Scolaires) n’a pas été signé, car il n’est pas présent dans toutes les circonscriptions. Et ce n’est que la formalisation de ce qui est fait. Donc rien n’empêche un travail en territoire sans cet aspect purement formel ».
- Les collègues arrivant dans nos écoles l’année prochaine ne bénéficieront pas de la prime ZEP ? Nous aurons dans les écoles des collègues faisant le même travail mais certains auront une prime pour être dans nos écoles, pas les autres… Incroyable d’avoir le même statut et pas le même salaire !
« Non, la clause de sauvegarde ne concerne que ceux actuellement en poste dans les écoles du RRS. »
- Il faut faire des CAPE, alors que nous venons de renouveler les Projets d’Ecole, qui sont fortement basés sur le RRS actuel, et que le projet de modification des rythmes par la Mairie va à l’encontre du COS et des Projets d’école !
- Le Plus de Maîtres Que De Classes devrait être mis en place dans toutes les écoles, ce que les CAPE ne permettent pas.
« Les CAPE ne signifient pas que les choses sont figées, les PDMQC relevant des mesures de carte scolaire. »
- Les CAPE se basant sur les projets d’école et la lettre du Recteur, quel est l’intérêt de signer une CAPE une fois le projet d’école validé et la lettre du Recteur reçu ?
Certains Conseil d’Ecole ont rejeté les CAPE, d’autres ont refusé le principe des CAPE.
« Si vous ne signez pas les CAPE, vous ne signez pas. Cela n’enlève rien à l’engagement pris par le Recteur dans ses courriers adressés aux écoles ».
« Le lettre de Recteur oblige la DASEN ».
« L’engagement du Recteur est non négociable, car il ne souhaite pas modifier les conditions dans lesquelles vous travaillez ».
- Pourquoi ce sont les directeurs qui doivent signer ?
« Ils représentent l’implication de l’école »
En cas de changement de directeur, ce ne serait plus la même personne. il faudrait que ce soit un accord du Conseil d’Ecole, signé par le Président du Conseil d’Ecole.
- Les indemnités des directeurs sont majorées en RRS, le seront-elles dans le cadre de la clause de sauvegarde ?
« A vérifier »
- Pourquoi les CAPE ne s’appuient pas sur le COS, ou, à minima, ne choisissent pas une entrée par groupe scolaire ?
« C’est l’entrée école par école qui a été choisie ».
« Il existe des réseaux d’école même hors RRS, ce n’est donc pas spécifique ».
- Pourquoi l’article 6 qui évoque un travail en lien avec la politique de la Ville.
« Les contrats de ville ont été signés en février, contrat de territoire, et non de municipalité. C’est un plus, même si on n’en connaît pas encore le contenu exact, et qui ne sera pas encore défini au moment de la signature des CAPE ».
- L’article 1 prévoit « au plus tard » en juin 2018. Pourquoi ne pas écrire « pour la rentrée 2018 », et ajouter un point prévoyant l’étude de la situation pour un retour en REP.
- L’article 2 n’est que la reprise de la lettre du Recteur.
- L’article 3 n’est qu’une reprise de l’article 13 de la Loi sur la Refondation et des piliers du socle. Cela ne concerne donc pas spécifiquement le RRS.
- L’article 4 n’est que la reprise du COS déjà rédigé et des projets des écoles. L’article 5 doit prévoir un nombre de jour précis, avec un engagement de 6 jours par année scolaire de formations.
- L’article 6 prévoit des actions qui relèvent de REP, pas des autres écoles.
- Le fond du problème ne doit pas être oublié : nous quittons l’éducation prioritaire uniquement parce que nous n’avons pas de collège REP. Pourquoi certains départements ont eux réussi à raccrocher fictivement des écoles à un collège pour avoir un REP ? C’est le cas dans le 06, 27, 29, 31, 34, 55, 58, 62, 69, 73.
- Pourquoi certains départements ont réussi à avoir des écoles classés en EP SANS être rattachés à une collège REP ? C’est le cas du 08, 13, 42, 44 (qui est dans notre Académie !), 47 et 64.
- Pourquoi demander la formalisation d’une CAPE alors que le courrier du recteur se suffit à lui-même et que vous dites qu’il est inutile de formaliser les projets de travail en réseau ? Tout en prévoyant la formalisation des PPRE dans la CAPE ! C’est incohérent.
« Les CAPE sont une décision ministérielle, le courrier du Recteur en sont la traduction. Ce sont deux temps parfaitement cohérents ».
- Quel calendrier ?
Présentation en Conseil d’Ecole pour décision par le Conseil d’Ecole.
La moitié des écoles ont déjà fait leur Conseil d’Ecole, donc cela ne pourra être fait qu’en juin.
« La CAPE n’est qu’une réponse au courrier du Recteur, rien de plus ».

Un collègue a résumé en fin de séance : on perd le Réseau, on gagne une convention et la division au niveau des écoles et des collègues…
Qu’on signe ou pas, ça ne change rien... pourquoi nous réunir pour dire ça ?

Comme écrit plus tôt dans cet article, il y a fort à parier que les conséquences de la sortie de l’Education Prioritaire aura des répercussions sur les autres écoles de La Roche...
Le maintien des seuils avec une dotation de 13 postes pour tout le département va impliquer des choix de carte scolaire.
Les premiers retours des arbitrages de la Mairie concernant les rythmes scolaires l’année prochaine en sont une autre illustration...

 

19 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.