www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Le métier  / Éducation prioritaire 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Documents joints

13 avril 2015

L’Education prioritaire sacrifiée en Vendée !
Les Conventions nouvelles sont arrivées !!
Audience RRR
Nouveau courrier de la députée Bulteau
...

17 écoles, 2000 élèves exclus de l’éducation prioritaire alors qu’ils en remplissent toutes les conditions, et/ou qu’ils sont en quartiers prioritaires... juste parce qu’ils n’ont pas de collège de rattachement en éducation prioritaire...
C’est aussi cela la priorité au primaire ?

Mise à jour du 14 avril

Article de Sud-Ouest, reprenant les propos du Sénateur-Maire d’Auch, déjà repris dans la Dépêche d’hier.


Mise à jour du 8 avril
Article dans Ouest France du 8 avril :

JPEG - 78.7 ko
OF2015AVRIL08

Article dans Roche Mag d’Avril 2015

PDF - 183.2 ko
ROCHEMAGAVRIL2015

Mise à jour du 7 avril
Mme la députée Bulteau vient de s’adresser à nouveau à la Ministre de l’Education, évoquant le motif donné par la DASEN pour expliquer le rattachement à l’Education Prioritaire de certaines écoles.

PDF - 365.8 ko
Courrier SBulteau à NVallaudBelkacem

Parallèlement, la FCPE étudie toujours la possibilité d’un recours pour rupture d’égalité devant le service public, et le SNUipp85 prépare un courrier pour alerter la Ministre de sa responsabilité face à l’état de santé des collègues du RRS, plusieurs écoles faisant état d’arrêts de travail de collègues "au bout du rouleau". Les éléments d’alerte ont pourtant déjà été évoqués au Comité Exécutif du RRS le 12 janvier dernier, ou dans la déclaration liminaire des représentants FSU au CHSCT du 24 mars (compte-rendu en cours de rédaction).


Mise à jour du 31 mars
La situation d’une nouvelle école dans l’Académie après celles de Nantes, à Angers, obtenant le label REP sans collège REP.
http://www.ouest-france.fr/belle-beille-les-ecoles-restent-en-reseau-deducation-prioritaire-3286899

La mobilisation continue aussi à Nantes :
http://www.ouest-france.fr/education-prioritaire-la-colere-des-ecoles-gambetta-et-brossolette-3286928

Le compte-rendu de l’audience du 30 mars concernant le Réseau Réussite Rurale est aussi en ligne.


Mise à jour du 18 mars

Ce matin, les écoles du RRS ont découvert dans leurs boîtes mail les fameuses Conventions Académiques de Priorité Educative.

Zip - 14 ko
convention

Supposées palier la disparition des moyens, qu’apportent-elles au final ?
"Tout ça pour ça", "Ah ? Une montagne qui accouche d’une souris, ça y est, maintenant j’ai un exemple !", ... ont été les réflexions des collègues au moment de rencontrer ce soir Mme Bazzo, DASEN, M Robichon, IEN/A et M Morin, IEN Roche Nord.
La suite du compte-rendu...


Mise à jour du 11 mars

Le Maire de La Roche-sur-Yon a reçu (enfin) une réponse à son courrier, une réponse qui ne fait que reprendre les "arguments" avancés depuis le mois de novembre... et donc aucune explication sur la non prise en compte des écoles en dehors des situations d’un collège.

PDF - 568.5 ko
scan20150309160057

Une nouvelle marque de mépris envers un autre acteur !


Mise à jour du 3 mars
Une rencontre a eu lieu, à l’initiative de Monsieur le Maire de La Roche-sur-Yon, vendredi 27 février à la Mairie, en présence de M Bouard, Maire de La Roche.
Etaient présents les 10 directeurs d’écoles, M Robichon, IEN Adjoint, M Morin, IEN Roche Nord.
Madame la Directrice Académique ne s’est pas présentée à la rencontre...
Un compte-rendu sera bientôt publié... mais dans les grandes lignes : rien de nouveau, l’administration n’est toujours pas en mesure de proposer de Convention, d’en préciser les contenus, les engagements, ...

Madame la DASEN a proposé une audience aux 10 directeurs du RRS, mardi 17 mars à 16h45.


Mise à jour du 5 février, 17h

35 personnes, enseignants, parents et agents territoriaux se sont regroupées ce matin à partir de 7h45 devant les accès à la cité Travot pour en bloquer l’accès, jusqu’à 9h15.

JPEG - 129.1 ko
Blocage Travot 1
JPEG - 118.4 ko
Blocage Travot 2

A l’issue du blocage, les enseignants se sont rendus à la circonscription Roche Nord remettre des courriers personnels de collègues titulaires de leurs postes dans le RRS indiquant leur intention de participer au prochain mouvement intra-départemental : "nos écoles quittent le RRS, nous quittons le RRS..."
Les parents et enseignants se sont ensuite regroupés à l’école Laënnec pour discuter de la situation et envisager la suite des actions, le mot d’ordre restant la création d’un Réseau Education Prioritaire d’école, tel qu’il existe et fonctionne depuis des années.
La possibilité de recours juridiques concernant l’exclusion de l’Education Prioritaire malgré des critères (nationaux) conformes, ou encore concernant les conventions académiques de priorités éducatives a également été rappelée par les parents d’élèves, mais aussi suite aux propos des représentants de la Mairie aux Conseils d’Ecole extraordinaires du début de semaine.

Le Journal du Pays Yonnais a mis en ligne un article
Ouest-France était également présent à l’école Laënnec.

Madame Bulteau, passée ce matin à la cité Travot, rencontre demain le Recteur (qui a refusé la présence de parents d’élèves et de représentants des personnels). Elle a également eu l’occasion en début de semaine de rappeler au directeur de Cabinet de la Ministre de l’Education les revendications des écoles yonnaises.
Le Maire de La Roche-sur-Yon est aussi à l’initiative d’une rencontre avec la DASEN, l’IENA, l’IEN Maternelle et les directeurs des écoles du RRS le 27 février prochain.


Mise à jour du 3 février

Un article dans le Journal du Pays Yonnais

Mise à jour du 2 février

Lors de la CAPD du 2 février, le SNUipp-FSU85 a posé la question suivante : "quel régime indemnitaire est prévu pour les enseignants exerçant dans des écoles bénéficiant d’une Convention Académique de Priorité Éducative à la rentrée 2015 ?"
Madame la Directrice Académique a tenu à distinguer les CAPE et les écoles quittant l’éducation prioritaire, bénéficiant de la clause de sauvegarde.
Les collègues actuellement dans ces écoles (les 10 écoles du RRS de La Roche-sur-Yon) bénéficient de cette mesure de sauvegarde, dispositif national.
A ce titre, il toucheront la prime ZEP pendant les 3 années qui viennent, à la condition de rester dans une école actuellement concernée.
Les collègues arrivant dans ces écoles à la rentrée prochaine ne bénéficient pas de la clause de sauvegarde. Ils ne toucheront donc pas l’indemnité...
Il y aura donc des collègues dans les écoles qui toucheront cette indemnité, d’autres pas...
Et les écoles de La Roche conserveront les moyens dont ils disposaient cette année.

Les Conventions Académiques de Priorité Educative sont des projets strictement pédagogiques, locaux, ne prévoyant pas de moyens spécifiques.
Les écoles du Sud-Vendée ne pourront donc pas avoir de moyens adossés à une telle convention.
Ces conventions seront signées par les directeurs d’école, l’IEN et la DASEN.


Mise à jour du 28 janvier

En attendant la semaine d’action du 2 au 6 février prochain, les parents d’élèves ont bloqué les écoles du RRS ce matin.
TOUTES les écoles ont été impactées ce matin, sous diverses formes.
Blocage total des classes jusqu’à 11h40 aux Pyramides élémentaire, occupation des classes maternelles jusqu’à 9h30 à Pont Boileau maternelle, blocage des classes à Jean Yole élémentaire ou Laënnec...
Les parents, ainsi que des enseignants, ont rencontré l’Inspecteur de circonscription aux Pyramides à 11h -après avoir investi les locaux où il se trouvait...
La presse a couvert plusieurs site : France 3 à Jean Yole, RCF à Pyramides, Ouest France à Jean Moulin, interview par le Journal du Pays Yonnais et TV Vendée.
Un article est en ligne sur le site du Journal du Pays Yonnais, qui annonçait dès hier les actions.
Un reportage a été diffusé dans le journal de 19h30 sur TV Vendée.
Un reportage (interview de parents des Pyramides) sera diffusé demain matin sur RCF dans le journal de 7h30 et 8h.
Un article dans le Ouest-France (version papier) du jeudi 29 janvier également.

Le SNUipp national s’est à nouveau adressé à la Ministre sur la question des écoles isolées :

PDF - 44.1 ko
Courrier_SNUipp_men2015JANV26

Mme la députée Bulteau devrait rencontrer le Recteur dans les prochains jours.
Quelques images de ce matin :

JPEG - 357.2 ko
Laënnec maternelle
JPEG - 269.2 ko
Laënnec élémentaire
JPEG - 240.1 ko
Pyramides élémentaire 1
JPEG - 253.3 ko
Pyramides élémentaire 2

Pour les actions de la semaine prochaine, pensez à renvoyer vos déclarations d’intention de faire grève demain, jeudi 29 janvier.


Mise à jour du 27 janvier

Le relevé de conclusion de la négociation préalable est mise en ligne sur le site de la Direction Académique

"Toutes les écoles qui sortent du dispositif de l’éducation prioritaire ont reçu un courrier de Monsieur le Recteur qui s’est engagé, à maintenir les mêmes éléments de répartition des moyens qu’à la rentrée 2014 y compris pour le comptage des enfants de moins de trois ans dans les prévisions des effectifs pour la carte scolaire 2015 dans le cadre d’une convention académique de priorité éducative."
Point de désaccord : "Le cadrage académique et départemental de l’éducation prioritaire est uniquement basé sur le collège, identifié comme étant l’échelon stratégique. Contrairement à ce qui a été possible dans d’autres académies, il n’y a pas de rattachement envisagé pour les écoles dites isolées. Les écoles de l’actuel RRS de La Roche sur Yon doivent notamment intégrer l’éducation prioritaire, sur la base de leurs indicateurs objectifs."


Mise à jour du 15 janvier
Compte-rendu du Comité Exécutif du RRS du 12 janvier


Mise à jour du 13 janvier
Un article dans le Ouest France papier du jour sur le rassemblement de lundi soir.
Allusion à la situation des REP également dans l’article consacré aux voeux du Maire, et dans une interview de Mme la députée Bulteau.


Mise à jour du 10 janvier
Actions à venir
- blocages d’écoles en début de semaine.
- réunion pour faire un point de situation, parents, enseignants, école Jean Yole Elémentaire, lundi 12 janvier, 17h.
- rassemblement devant l’école Jean Yole Maternelle pendant la réunion du Comité Exécutif du RRS, lundi 18h.
...


Mise à jour du 8 janvier

Compte-rendu de l’entretien avec Mme Bulteau, députée de la Vendée

Un article dans Le Journal du Pays yonnais


Mise à jour du 5 janvier
Plusieurs actions prévues cette semaine, occupations et blocages d’écoles.
Mercredi, rendez-vous à la demande de Mme Bulteau.
...


Mise à jour du 19 décembre, 16h
Ce midi, une cinquantaine de personnes (enseignants, parents, agents municipaux) se sont regroupés à 12:35 Place Napoléon !
Objectif : faire du bruit pour se faire entendre... pendant l’émission en direct d’Europe 1.
Banderoles, drapeaux, sifflets, vouvouzelas, ...
Après 2 minutes, on nous a invité à exposer la situation, en direct...
Le Maire de La Roche-sur-Yon soutenant notre position au micro également.
Le journal du Pays yonnais a déjà mis une brève en ligne.
Le podcast de l’émission est aussi disponible.
32ème minute : le bruit qui interrompt l’émission -avec l’erreur d’interprétation de la journaliste et de M Retailleau, car non, Monsieur le Président, tout ne tourne pas autour de vous, et oui, Monsieur le Président, l’avenir de 2000 petits vendéens est plus grave qu’une polémique médiatique sur une crèche.
A 34’50 la brève intervention du SNUipp-FSU85.
Merci à tous pour votre participation à cette "opération" mise en place en quelques heures !
Mise à jour du 19 décembre, 7h
Prochaines actions :
Samedi 20 : tractage au marché
Dimanche 21 : tractage au marché et rue Clémenceau

Un court reportage hier sur TV Vendée (l’introduction de la journaliste reprend les éléments donnés lors de l’entretien).
Un article dans le Ouest France du 18 décembre (version papier), concernant l’occupation de l’école Jean Yole.


Mise à jour du 17 décembre, 19h30
Les premières réponses issues du Comité Technique Ministériel sont intervenues aujourd’hui.
Les situations des écoles n’ont pas changé pour le moment : 7 réseaux ont été ajoutés.
Deux réseaux d’écoles isolées (à Toulouse et Dijon, s’ajoutant à ceux de l’Eure et Loire et de Paris) ont également été créés.
Pour la Vendée, le compte n’y est pas !
500 écoles sont concernées en France : écoles en quartiers prioritaires, à fort taux de familles défavorisées, ...
Le Cabinet de la Ministre va maintenant étudier toutes ces situations spécifiques (que la Ministère et le Rectorat avait jusqu’ici totalement ignoré), avec à la clé de nouvelles possibilités de labellisations en REP en janvier.
Il faut donc absolument rester mobilisés !!!
(L’article du SNUipp-FSU National)


Une dizaine de parents et enseignants ont couru symboliquement après les moyens aux Terres Noires cet après-midi.
Une vingtaine se sont ensuite retrouvés devant la cité Travot pour distribuer des tracts pour informer de la situation de nos écoles (plus de 500 tracts distribués sur l’après-midi).


Mise à jour du 17 décembre, 12h45
Premiers éléments du Comité Technique Ministériel de ce matin et les dotations globales par Académie : le compte n’y est pas !


Mise à jour du 17 décembre, 10h
De nombreux sujets dans la presse du jour :
- France Info
- Le Monde
- Ouest-France -article sans analyse...
- RTL

- La Roche : occupation d’écoles ce matin
- ...


Mise à jour du 17 décembre, 0h
Le site du SNUipp national recense l’ensemble des situations qui seront défendues lors du CTM de demain matin.
La présentation globale
La liste des écoles qui demandent à rester en REP, sans collège REP , où apparaissent les écoles des RRS et RRR.


Mise à jour du 16 décembre
Rendez-vous demain ! Venez nombreux !
- 13h30 : "courir après les moyens", Complexe des Terres Noires.
Certains seront avec un TShirt / panneau "moyens", d’autres essayeront de les attraper...
- 16h30 : distribution de tracts à la Cité Travot.


Les parents d’élèves ont mis une pétition en ligne.

Mise à jour du 16 décembre, 20 heures
Le courrier du Recteur est arrivé dans les écoles.
Il promet le maintien des moyens actuels pour les 3 ans à venir.
Il énonce ensuite ces moyens pour chaque école, avant de préciser que "cet engagement sera repris dans une convention académique de priorité éducative qui validera la dimension pédagogique de votre projet."
Quel projet ????
Une question de plus concernant ces Conventions, encore totalement inconnues à ce jour.
Nous parlions d’enfumage la semaine dernière... le brouillard reste épais !
Ce courrier a été fait avec tellement de sérieux qu’UN directeur a reçu un courrier adressé à Madame la Directrice...

Le point le plus important concernant les moyens : pour les écoles maternelles, le maintien des moyens ne stipule pas l’accueil des enfants de moins de 3 ans !

PDF - 46.3 ko
Ecole Elém J. Yole

M Morin, au nom du Recteur et de la DASEN, garantissait hier encore cette partie (tout comme les crédits CUCS d’ailleurs, qui ne dépendent pas de l’Education Nationale et qui n’existent plus au 1er janvier...), en échange d’un appel aux parents à ne plus rien faire pour défendre l’intérêt de leurs enfants !!!

Rien non plus sur les journées de concertation RRS dont nous disposions.
Rien sur les moyens spécifiques REP !

Le courrier acte aussi des différences de traitement entre chaque école : une aura le dispositif moins de 3 ans, d’autres pas.
Certaines auront les Plus de Maîtres Que de Classes, d’autres pas.
...
Sous statut REP, c’est tout, pour tout le monde !


Il garantit par contre une chose avec certitude : les écoles concernées sortent de l’Education Prioritaire !

Il garantit une autre chose : on ne sait pas ce qu’il adviendra dans 3 ans...
Reculer pour mieux sauter ?


Mise à jour du 15 décembre
Nous avons adressé ce matin un mail aux écoles du RRS et celles du RRR pour l’organisation des actions de la journée du 17 décembre, mais aussi pour samedi 20 et dimanche 21.
Si vous ne l’avez pas reçu, faites-le savoir !
Si vous l’avez reçu, faites-le passer à vos collègues !
Ce mail annonçait également la visite de l’IEN de circonscription dans les écoles du RRS, comme cela a été demandé par les Recteurs de toutes les Académies concernées, afin de "prêcher la bonne parole", nous appelant à nous contenter d’éventuels moyens garantis a priori pendant trois ans par la lettre de la Ministre....
Nous devrions cesser nos actions, sortir de la crise,...
En deux mots : accepter le sortie de l’Education Prioritaire, et le refus de prendre en compte les réalités de nos écoles !
L’Administration ne veut plus de vague, surtout pas de blocage, et est prête à sacrifier 2000 enfants vendéens à court terme (au plus tard en 2017).
Sans parler des autres écoliers, qui subiront par ricochet les effets des suppressions des RRS : dans un premier temps, diminutions de leurs moyens pour "protéger" le RRS actuel en ponctionnant les dotations départementales et académiques. Puis, transfert vers les autres écoles des difficultés car une fois les effectifs "pleins", le "turn-over" annuel ira ailleurs que dans les écoles du RRS, de même que les enfants du voyage -comme ce fut le cas il y a trois ans- ou les enfants allophones !
Une lettre d’information départementale sera adressée demain (mardi) à l’ensemble des écoles de Vendée.
Par ailleurs, les parents d’élèves doivent eux aussi organiser des actions mardi 16, mercredi 17, et samedi 20, certaines étant coordonnées avec les équipes enseignantes.


Article Ouest-France du jour :
"L’Education toujours prioritaire pour les socialistes" Jeudi, deux cents personnes manifestaient pour le maintien des cinq groupes scolaires (Pont-Boileau, Jean-Yole, Jean-Moulin, Pyramides et Laënnec) dans le réseau d’éducation prioritaire (Ouest-France de vendredi). Un courrier de la ministre socialiste, Najat Vallaud-Belkacem, ne les rassure pas. Bien au contraire : « C’est de l’enfumage, estiment les syndicats. Elle n’apporte aucune réponse concernant la prise en compte des écoles dans l’établissement de la carte d’éducation prioritaire. »
Les socialistes, par l’entremise de Stéphane Ibarra, secrétaire de section du PS à La Roche, rappellent les politiques précédentes, celle de Nicolas Sarkozy en premier lieu, où « l’Éducation nationale a été une des premières victimes des baisses de budget. »
Ils croient dans le cap fixé par François Hollande : « Le projet de refondation de l’Éducation prioritaire avec 352 millions supplémentaires concrétise cette ambition pour l’école de la République et la justice sociale ».
Au niveau local, « les majorités socialistes ont porté haut cette ambition pour la réussite de tous les Yonnais, en insistant sur la mixité sociale et les moyens supplémentaires apportés aux écoles des quartiers prioritaires. Aujourd’hui encore, les enseignants et les parents peuvent compter sur le soutien des socialistes, au premier rang desquels les députés Sylviane Bulteau et Hugues Fourage, pour obtenir le maintien des moyens des écoles concernées. »


Ce communiqué intervenant plusieurs jours après la diffusion de la lettre de Madame la Ministre, annonçant "des moyens d’enseignement adaptés à la réalité sociologique", s’agit-il du maintien de ces moyens-là, ou, comme nous l’espérons, le maintien des moyens liés à la reconnaissance du statut Education Prioritaire ?


Mise à jour du 12 décembre
3 articles dans le Ouest France papier du jour.

Le site du SNUipp-FSU national reprend les articles publiés dans la presse des départements concernés.

Un reportage également dans Le journal de France3 hier soir (à partir de 5’40)


Mise à jour du 11 décembre, 18h30
Article en ligne sur Ouest France.
Un article sera donc dans l’édition de demain.

Mise à jour de 17h
10 écoles fermées.
Plus de 100% des enseignants grévistes (titulaires des classes et leurs éventuels compléments de service).
Collègues d’écoles hors RRS présents Place Napoléon.
La sortie des écoles ce midi était calme :

JPEG - 71.1 ko
Sortie d’école à midi...

Plus de 150 personnes rassemblées place Napoléon, plusieurs centaines de tracts distribués, Monsieur le Maire de La Roche-sur-Yon participant à un défilé improvisé* jusqu’à la Direction Académique...
Une mobilisation très réussie !

L’AG à 10h30 rassemblait près de 50 personnes était riche en échanges.
Le courrier de madame la Ministre (analysé ci-dessous) a reçu un accueil glacial et très critique des participants, parents, enseignants, personnels municipaux.
Il n’y a toujours rien de concret, et le peu de sérieux mis dans la rédaction du courrier, en particulier l’approximation du paragraphe concernant les écoles yonnaises, n’a fait qu’amplifier le mécontentement !
Plusieurs actions et initiatives sont déjà envisagées pour les jours à venir :
- distribution de tracts au marché de La Roche-sur-Yon samedi et au marché de Noël,
- le 17 décembre, jour du Comité Technique Ministériel à Paris, rassemblements devant la Direction Académique et/ou le Rectorat,
- le 17 décembre, occupation des écoles par les parents d’élèves,
- le 17 décembre, blocage des écoles par les parents d’élèves,
- le 17 décembre, rejoindre le cross départemental USEP et "courir après les moyens"
- le 17 décembre, création d’un "Conseil d’Ecole géant extraordinaire regroupant toutes les écoles,
- convocation d’un conseil d’école extraordinaire dans toutes les écoles concernées (RRS et RRR) en janvier 2015, même jour, même heure, avec la question de l’Education Prioritaire comme seul sujet.
- demande de réunion du comité exécutif du RRS auprès de l’IEN Roche Nord.
- ....
Les idées ne manquent pas, la motivation non plus, la détermination est même renforcée !
Nous vous tiendrons informés de ces actions.

Par ailleurs, après avoir contacté la semaine dernière la SNUipp-FSU75, nous confirmant l’entrée en REP d’écoles non rattachées à un collège, le SNUipp-FSU28 nous a confirmé l’entrée en REP de 4 écoles, initialement non rattachées à un collège REP -situation évoquée ce matin en AG.
Dans leur cas, deux situations se posaient.
La première concernant deux écoles en Education Prioritaire depuis 1982, sans collège EP depuis le début.
La seconde concernant des écoles dont le collège REP avait fermé, et rattachées à un collège non REP.
Dans les deux cas, ces écoles étaient dans des quartiers identifiés prioritaires par le Ministère de la Ville.
La Rectrice a décidé d’un double rattachement : un rattachement "scolaire" à leur collège de rattachement non REP, et un rattachement "administratif" REP à un collège REP pour conserver une logique de réseau.

Même si les modalités sont différentes, cela fait donc deux académies où des situations d’écoles ont été prises en compte, en les dissociant des collèges.
Et nous ?


Un nouvel article ce matin dans Ouest France, version internet, et deux dans la version papier (un concernant le RRS, un autre concernant le RRR).

Mise à jour de 7h
Analyse du courrier de la Ministre...
Les Conventions Académiques ne répondent pas à nos questions, en plus de prendre des moyens sur les dotations académiques, donc d’avoir des conséquences sur les autres écoles !!


Mise à jour du 10 décembre, 15h

En attendant d’avoir la positon officielle de Madame la députée, nous avons eu connaissance du courrier évoqué plus tôt dans la journée.
Comme nous vous l’avions dit en sortie d’audience avec Madame la DASEN jeudi dernier, lil n’apporte pratiquement aucune réponse aux questions posées : moyens réellement donnés à l’Education Prioritaire ou étude des situations des écoles indépendamment de celle des collèges.
Nous ferons une analyse détaillée dans la soirée, et évoquerons les propositions de la Ministre demain matin, lors de l’AG à Jean Yole maternelle, 10h30.


Mis à jour à 8h

La Ministre a reçu la députée Bulteau (ainsi que quelques autres députés concernés).
Elle aurait donné la consigne de l’étude des situations d’écoles aux Recteurs, mais sans les intégrer à un REP s’il n’y a pas de collège REP.
A Nantes, l’information n’était pas passée lors du Groupe de Travail Education Prioritaire à la Direction Académique de Loire-Atlantique...
Elle aurait également (enfin) produit l’écrit annonçant les fameuses Conventions Académiques de Priorité Educative, nommant les écoles concernées.
Quid des contenus ??? Nous devrions en savoir plus dans la journée.
Prochaine étape : le Comité Technique Ministériel le 17 décembre.
D’ici là, continuons à pousser pour un vrai budget pour l’Education Prioritaire et la prise en compte des écoles dans l’établissement de la carte des REP !


Mise à jour du 9 décembre

Premier bilan de la mobilisation (officialisé par le demande de l’Inspecteur de la mise en place du Service Minimum d’Accueil) :
- Ecole Jean Moulin maternelle : fermée
- Ecole Jean Moulin élémentaire : fermée
- Ecole Jean Yole maternelle : fermée
- Ecole Jean Yole élémentaire : fermée
- Ecole Laënnec maternelle : fermée
- Ecole Laënnec élémentaire : fermée
- Ecole Pont Boileau maternelle : fermée
- Ecole Pont Boileau élémentaire : fermée
- Ecole Pyramides maternelle : fermée
- Ecole Pyramides élémentaire : fermée
TOUTES les écoles de l’Education Prioritaire de La Roche-sur-Yon seront fermées jeudi !
A l’école, on aurait dit avoir 10/10 !
Espérons que le message sera lui aussi reçu 10/10 !


Les modalités d’action seront les suivantes, avec des aménagements locaux :
- 10h30 : "AG" à l’école Jean Yole avec toutes les personnes qui souhaitent participer. L’objectif est de faire un point de situation pour tous les présents.
- 12h : regroupement parents, enseignants, agents municipaux, devant / dans la cour de chaque école VIDE (9 des 10 écoles seront fermées). Pensez aux banderoles !
Jean Moulin se regroupe à 11h et fera déplacement vers la Place Napoléon.
Pont Boileau se regroupe à 11h30.
- 12h30 - 13h15 : tout le monde se regroupe Place Napoléon, en appelant le maximum de personnes à se joindre à nous. Là encore, banderoles ! Distribution de tracts (si vous avez des idées de contenu...) ; le SNUipp-FSU assurera l’impression jeudi matin, distribution Place Napoléon et Jean Yole à 10h30). Point avec la presse.
- 13h30 : tractage à la cité Travot
- 14h : fin du rassemblement


Présentation de la situation lors d’un entretien sur RCF ce matin.


Mise à jour du 8 décembre

PDF - 81.2 ko
Appel intersyndical

Appel à la grève le jeudi 11 décembre.
Organisations signataires : SNUipp-FSU, Sud Education, SGEN-CFDT, CGT Educ, SE-UNSA.


Les modalités exactes de rassemblement(s) sont en cours de discussion :
- rassemblement devant chaque école : parents, enseignants, personnels municipaux, ... en fin de matinée.
- puis rassemblement Place Napoléon, tractage, point presse vers 12h30 - 13h


Mise à jour du 6 décembre
Le SNUipp-FSU ayant déposé un préavis de grève national, un appel à la grève pour le jeudi 11 décembre est en cours de rédaction.
Cet appel se veut unitaire, et le SNUipp-FSU85 a déjà échangé avec les autres organisations en ce sens.
Les modalités d’un rassemblement sont également en cours d’élaboration avec les parents d’élèves.
La déclaration préalable d’intention (vous pouvez faire une déclaration préalable et ne pas être gréviste) est à renvoyer pour lundi soir avant minuit -vous pouvez l’adresser par courrier, fax, ou via votre adresse mail professionnelle @ac-nantes.

Word - 28.5 ko
Proposition de courrier aux parents

Word - 29 ko
Déclaration Préalable (avant le 8/12 minuit)


Un nouvel article dans le journal Ouest France du jour (version papier)


Mise à jour du 5 décembre, 0h

Compte-rendu de l’audience avec la Directrice Académique


Mise à jour du 4 décembre, 11h

Compte-rendu de l’audience de Mme la députée au Ministère et analyse du SNUipp-FSU85


Deux nouveaux articles dans le Ouest-France papier du jour.


Mise à jour du 3 décembre, 23h

Mme Bulteau nous a transmis les premiers éléments de réponse de son entrevue au Ministère.
Nous mettrons un compte-rendu dans la matinée de demain.
En quelques mots : faire de l’éducation prioritaire sans s’appeler éducation prioritaire en s’appuyant sur la politique de la ville, avec un engagement écrit de la Ministre.
Les écoles qui ne rentreraient pas dans ce cadre-là non plus resteront sur le bord de la route...


Question au gouvernement par Madame Bulteau, cet après-midi
Autre lien hébergé par le SNUipp-FSU85
Les éléments portés par vos représentants depuis trois semaines sont repris par la députée de la Seconde Circonscription de la Vendée !
La réponse de la Ministre, n’en est pas une.
Elle ne prend que l’exemple du retard scolaire et invite à se reporter sur les conventions académique de priorité éducative, "et de garder les avantages qu’ils avaient avant, mais dans un traitement qui est singulier".
Elle dénonce pourtant une succession d’empilement de dispositifs, reprenant aussi l’argument de notre combat : "la carte, nous la réformons sur la base d’un indicateur social simple : nous prenons en compte la difficulté sociale, la concentration de ces difficultés pour offrir les moyens de l’éducation prioritaire."
Une autre députée de Seine et Marne pose elle aussi une question sur ce sujet.
La Ministre parle alors de convergence entre la politique de la Ville (qui place les quartiers yonnais comme prioritaires), et "de donner aux écoles les moyens de fonctionner selon leurs réalités locales"...

Oui, Madame la Ministre, nos écoles du RRS et du RRR relèvent de l’Education Prioritaire... si nous gardons les mêmes moyens, pourquoi nous retirer notre étiquetage ???

Vous avez commencé à nous entendre, faut-il en arriver à la grève pour être écouté ?


Communiqué de presse commun SNUipp-FSU85 - Conseil Yonnais FCPE, suite au refus du Cabinet du Ministère de nous recevoir.

PDF - 143 ko
CP_FCPE_SNU_DEC03

Ce matin, la FCPE organisait des rassemblement devant les écoles du RRS.
France 3 était présent à Jean Yole, et devrait présenter un reportage ce soir.
Ils seront présents demain soir lors du rassemblement à partir de 18h devant la Direction Académique également.

Plusieurs écoles nous annoncent également être favorables à un mouvement la semaine prochaine (journée académique le 11 décembre).
Une position sera arrêtée après l’audience avec la Directrice Académique demain soir, et les retours du rendez-vous de Mme Bulteau au Ministère.

La FSU nationale a également diffusé ce matin un communiqué de presse, qui annonce une action nationale pour le mercredi 17 décembre.


Mise à jour du 2 décembre
Le Cabinet de la Ministre a refusé cet après-midi que d’autres personnes que la députée assistent au rendez-vous de demain soir.
La FCPE et le SNUipp-FSU85 préparent un communiqué de presse dénonçant ce refus de dialogue qui caractérise la gestion de ce dossier depuis le début (10 jours pour obtenir une audience avec la DASEN, refus du Recteur de recevoir une délégation intersyndicale demain, refus d’ouvrir un rendez-vous avec un parlementaire de la République à des représentants issus du terrain, parent d’élève et enseignant).


Courrier de Monsieur de la Maire de La Roche-sur-Yon à Madame la Ministre de l’Education Nationale.

PDF - 89.9 ko
Courrier de M Bouard à la MEN

Site du SNUipp-FSU national se fait largement l’écho des événements en Vendée.


Un article dans Libération
Compte tenu que l’on part d’une situation ne prenant aucunement en compte la situation des écoles, cet article montre des avancées, mais n’annonce toujours pas de garanties nationales, pas de cadrage officiel comme celui qui serait garanti par un "étiquetage" Education Prioritaire.
Il réaffirme également le cadrage par le budget, et non par les besoins recensés.

Un article du Monde du 15 novembre

Nouvel article ce matin dans Ouest-France (version papier) également.

Article enfin sur les blogs de Mediapart.


Mise à jour du 1er décembre, 19h
Madame la DASEN nous a enfin répondu !
Le SNUipp-FSU85 avait rappelé vendredi dernier que s’il fallait déposer un préavis de grève pour être reçu, cela augurait mal du dialogue social sur cette question.
Nous avons également rappelé que SNUipp-FSU85 faisait partie de la délégation reçue au Cabinet de la Ministre de l’Education mercredi prochain.
La Directrice Académique va recevoir des représentants des enseignants et des parents jeudi 4 décembre à 18h30.
En fonction des éventuels engagements ou garanties apportées par le Cabinet du Ministère lors de la rencontre de mercredi, puis des réponses de Madame la DASEN jeudi, l’intersyndicale avisera de l’opportunité d’un appel à la grève le 11 décembre, date retenue dans d’autres départements de l’Académie, pour laquelle le SNUipp-FSU a d’ores et déjà déposé un préavis (permettant de couvrir toutes les initiatives locales pour cette date).


Affichette Education Prioritaire

PDF - 173.9 ko
Affiche EP

Mise à jour du 28 novembre
Compte-rendu de l’audience avec Mme la députée Bulteau.


Mise à jour du 27 novembre

Un nouvel article dans le journal Ouest-France du jeudi 27 novembre
C’est le troisième article depuis samedi 22 sur le sujet de l’Education Prioritaire en Vendée !


La ministre répond au SNUipp-FSU : cliquer ici.


La FSU a interpelé la Ministre au Salon de l’Education (Source AFP)


Mise à jour du 25 novembre 20h
Malgré des délais très courts, mobilisation réussie ce soir à l’appel du SNUipp-FSU, SE-UNSA, SGEN-CFDT, Sud Education, CGT Territoriaux, FCPE et Municipalité.
Plus de 100 personnes réunies sur un préavis aussi court, pour dénoncer le refus de la Direction Académique, du Rectorat et du Ministère de l’Education Nationale de prendre en compte la situation des écoles pour élaborer la carte de l’Education Prioritaire, sacrifiant 2000 élèves vendéens !

Premier article en ligne sur le site de Ouest-France.

Prochaines étapes :
- demain, regroupement de parents devant l’école Jean-Yole
- vendredi, rencontre avec Mme la Députée Bulteau
-...
Ne relâchons pas la pression, il y a désormais un cas de dissociation école / collège pour l’attribution de l’appellation REP (qui s’est encore étendu ! ) : c’est donc possible !


Communiqué de presse de la FSU Académique réclamant une dissociation école / collège et un budget qui soit adapté aux besoins de l’Education Prioritaire.

PDF - 29.3 ko
communiqué de presse FSU Académique

Mise à jour du 24 novembre 23h30
Compte-rendu du groupe de travail au Rectorat.
Cette réunion a duré deux heures.
Ne figurent pas dans ce compte-rendu les éléments techniques, ou les échanges concernant les collèges, ... mais uniquement les éléments relevant du premier degré, et plus particulièrement ceux intéressant la situation vendéenne.
M Leroux, représente le Recteur.
En début de séance, il précise qu’un seul changement sera possible, pour un collège nantais.
Pour le reste, il n’y aura pas de modification sur les REP+, car il y a un accord global sur les priorités.
Il n’y a donc que sur les 19 REP que le Recteur est prêt à entendre les propositions (18 collèges proposés actuellement).

A son affirmation, "il faut mettre le paquet sur l’EP, donc donne les moyens", les représentants FSU font remarquer que cela ne concerne pas les écoles.
M Leroux précise que malgré les demandes, entendues lors du dernier groupe de travail du 12 novembre, comme le précise une note de Madame la Ministre, on ne peut pas disjoindre collège et écoles, mais que cette note précise qu’il faudra être "attentif aux moyens des écoles orphelines".
Suite à une situation d’un collège nantais (une incertitude plane sur le fait d’accepter la labellisation en REP+ ; en cas de refus, c’est une sortie pure et simple –et non une qualification REP- de l’éducation prioritaire !), les représentants FSU reviennent sur la situation des écoles « isolées » : si ce collège n’était plus en EP, deux nouvelles écoles qui lui sont rattachées viendraient s’ajouter aux 11 autres écoles nantaises concernées.
M Auger, représentant SNUipp-FSU, réaffirme fermement qu’il est hors de question d’accepter que des écoles quittent les dispositifs REP si elles ne sont pas attachées à un collège REP. Surtout quand elles ont fait l’objet d’un classement en quartier prioritaire.
M Leroux rappelle une fois de plus que ce n’est pas dans sa compétence, tout comme les écoles ne sont pas de la compétence du Recteur.
M Séchet, représentant SNES FSU réaffirme que « ce n’est pas notre compétence d’entendre ça. »
M Auger précise que sur Paris, 46 écoles du fait de non rattachement, il n’en reste plus que 24 : le Recteur de Paris a accepté de disjoindre 22 écoles non rattachées à un collège REP. Donc que c’est possible de disjoindre.
M Leroux, qui apprend visiblement cette information précise qu’il n’a pas été demandé au Recteur Marois de gérer les choses de cette manière.
L’ensemble des représentants des personnels rappellent qu’il faut disjoindre les situations, a fortiori dans tous les secteurs où une mixité a été mise en place, comme à La Roche-sur-Yon par exemple.
M Leroux annonce qu’officiellement, à La Roche, "il n’y a plus d’écoles en RRS", mais ils en ont toujours les moyens suite aux décisions des DASEN successifs.
Il rappelle qu’exiger de disjoindre les situation, c’est contester une décision ministérielle

Les représentants des personnels font part de leurs inquiétudes face à ce genre de situation : on « promène » des écoles qui passent ainsi sur des listes départementales et qui n’ont aucune garanties dans la durée.
M Leroux redit qu’il y aura de nouvelles modalités sur les calculs des moyens alloués pour faire rentrer d’autres établissements dans les dispositifs : même si elles n’ont pas le label, les écoles, mais aussi les collèges ou même les lycées, auraient une allocation de moyens liés à leurs spécificités
Les écoles vont être traitées localement par les DASEN : elles seront toujours traitées de la même façon.
Les représentants des personnels persistent dans l’idée que pour cibler les moyens, il faut dissocier les moyens et que le projet actuel consiste à la gestion d’une pénurie, avec nécessairement des effets de seuil pour la répartir « au moins pire ».
Après avoir critiqué une nouvelle fois la méthode (à la fois tardive et ne prenant pas en compte les écoles non rattachées à un collège REP), et passé en revue de nombreuses situations de collèges (parmi lesquels le Recteur veut pousser les représentants des personnels à faire un choix !!!), et s’être vu opposé que le Recteur n’avait aucun poids sur cette question, il leur a été annoncé que ce groupe de travail serait le dernier avant le Comité Technique Académique (dont la date n’est pas connue), « car Monsieur le Recteur considère que cela ne sert à rien de redire les mêmes choses ».
M Auger demande de noter une demande de la FSU, déjà formulée depuis pluseurs années d’un collectif budgétaire pour pour prendre en compte les besoins réels de l’Education Prioritaire, de l’école au lycée.


Premiers commentaires du SNUipp-FSU85
La consigne de ne pas s’occuper des situations des écoles est une consigne ministérielle.
Si à l’heure actuelle le Recteur refuse de revoir sa position, le changement d’approche opéré à Paris (22 écoles dissociées sur 46 sont désormais en REP) ne peut que nous encourager à maintenir la pression sur cette question.
D’autres département sont déjà dans l’action pour dénoncer ces situations, réclamer une prise en compte des écoles dans l’attribution des moyens pour l’éducation prioritaire, et pour demander que la réforme prioritaire soit plus ambitieuse, et ne se contente pas de "gérer une pénurie".
La réponse de l’administration affirmant répartir les moyens est en trompe l’oeil : le nombre de REP/REP+ sera identique à celui des RRS/RRR/Eclair, mais le nombre d’école, de collèges ou de lycées réellement concernés est encore inconnu.
En Vendée, l’ajout de La Châtaigneraie dont nous ne pouvons que nous satisfaire (personne au collège n’était avisé de cette décision avant que la FSU ne prenne contact en fin de semaine dernière !) ne doit pas masquer la réalité : les RRS de La Roche-sur-yon et le RRR de St Michel en l’Herm représentent près de 2000 enfants, plus de 60 classes, 17 écoles qui ne seront plus prioritaires.


Mise à jour du 24 novembre 21h30
Communiqué de presse commun SNUipp-FSU, SE-UNSA, Sud Education, SGEN CFDT, CGT Territoriaux, Conseil Yonnais FCPE, Parents d’élèves Pont Boileau, Pyramides, Laënnec, Jean Yole, Jean Moulin, Mairie de La Roche-sur-Yon

PDF - 208.4 ko
Communiqué presse RRS nov2014

Mise à jour du 22 novembre 12h30
Publication dans le Ouest-France du jour d’un article plus complet sur la situation.


Mise à jour du 21 novembre 18h30
Compte-rendu de la rencontre avec M Bouard, Maire de La Roche-sur-Yon
Rencontre en présence de Mme Fagot, adjointe aux affaires scolaires, et Monsieur le Secrétaire de Cabinet du Maire.
Mme Combaud et M Beaussier au titre de la FCPE.
M Parpaillon, représentant CGT municipaux.
Mme Gorce représentant Sud Education, M Duranteau représentant le SE UNSA, et M Kurata représentant le SNUipp-FSU85.
Nous avons d’abord rappelé les enjeux liés à la perte de l’étiquetage Education Prioritaire, et l’aberration de la non prise en compte de la réalité des territoires : seuls les collèges REP sont pris en compte, les écoles sont ignorées dans un premier temps.
Puis M Kurata a souligné l’étonnante coïncidence de voir un Ministère de la Ville dirigé par Mme Belkacem déterminer en juin 2014 des quartiers prioritaires sur La Roche-sur-Yon (Pyramides, Jean Yole, Laennec et Pont Boileau) et un Ministère de l’Education Nationale dirigé par Mme Belkacem retirer des moyens à ces mêmes quartiers.
Après les prises de paroles des représentants de parents et des enseignants, Mme Fagot s’est exprimée sur la situation.
Elle avait pris contact avec Madame la Directrice Académique qui lui a confirmé la réalité de la situation, opposant ainsi des critères administratifs aux besoins identifiés des populations.
Madame la DASEN lui assurant, comme au CHSCT d’hier, que la Ville et la DSDEN avaient des engagements qui seraient maintenus, "avec une regard" sur les écoles concernées.
A l’option de trouver un moyen de contractualiser avec le Rectorat et la DSDEN les moyens pour les quartiers concernés, l’ensemble des interlocuteurs présents ont réaffirmé leur volonté de garder la priorité sur la réalité du terrain, au plus près des populations concernées, dans les écoles, et non dans les collèges.
Monsieur le Maire a annoncé qu’il prenait contact avec l’Association des Maires pour que le représentant des Maires au CDEN lise un communiqué de la Mairie (éventuellement co-signé par les représentants des personnels et des parents) dénonçant cette situation.
Un texte sera également fourni à M Kurata pour lecture au groupe de travail de lundi au Rectorat, "affirmant sans réserve le soutien de la Municipalité de La Roche-sur-Yon, et dénonçant les points d’incohérence d’un système ayant des priorités désignées et des moyens retirés".
L’objectif étant "la prise en compte des réalités objectives du terrain et non uniquement des critères administratifs."


Le SNUipp-FSU national s’est adressé à Madame la Ministre sur le sujet


Un premier article a été publié sur le site de Ouest-France cet après-midi.


Mise à jour du 21 novembre 13h30
FO décide de ne pas s’associer à l’action de mardi soir devant la Préfecture lors du CDEN.


Mise à jour du 21 novembre 10h30
Le rendez-vous avec Madame Bulteau se déroulera vendredi 29 novembre.
Les représentants des personnels de la Ville seront également présents à la rencontre avec le Maire de La Roche-sur-Yon ce soir.


Mise à jour du 21 novembre 1h
Suite à la rencontre de jeudi soir, les organisations syndicales FO, SE-UNSA, SUD, SGEN-CFDT et SNUipp-FSU vont faire un appel commun avec la FCPE pour un appel à rassemblement lors du CDEN, mardi 25 novembre, 17h15 devant la Préfecture de la Vendée.

PDF - 118.5 ko
Appel à rassemblement
Appel intersyndical SNUipp-FSU, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SUD Education

Les organisations syndicales font une demande d’audience auprès de Madame la Directrice Académique.
Le SNUipp-FSU85 a proposé aux autres organisations syndicales et aux parents d’élèves de se joindre à lui lors des audiences auprès de M Bouard, Maire de La Roche-sur-Yon et de Mme Bulteau, députée de la 2ème circonscription de Vendée.
Ce seront donc des délégations plurielles qui seront reçues.


Mise à jour du 20 novembre 15h30
Le SNUipp-FSU85 a obtenu un rendez-vous avec Mme Bulteau le 1er décembre, et M Bouard le 21 novembre.

La situation a été évoquée ce matin en Comité Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail également par vos représentants FSU, faisant état de l’inquiétude quand à l’avenir de la situation, de l’incompréhension face à cette décision et du sentiment de manque de reconnaissance de travail effectué depuis des années par les collègues.
Madame la Directrice Académique a reconnu le caractère anxiogène de la situation, mais a rappelé que le contrat de ville auquel est associé l’Education Nationale était maintenu...
Pour ce qui concerne le RRR de St Michel, "un regard bienveillant" sur les zones de fragilités...

Cette réponse n’apportant aucune réponse quant à une pérennisation des moyens en place.


Un premier groupe de travail académique sur l’Education Prioritaire s’est réuni mercredi 12 novembre, à la demande de la FSU.

Les premiers éléments sont très inquiétants pour l’Education Prioritaire en Vendée.
En effet, si le collège de la Châtaigneraie serait appelé à rentrer en REP (Réseau d’Education Prioritaire), celui de St Michel en l’Herm, lui, le quitterait.
Ainsi que les écoles qui y sont rattachées, puisque ce sont les collèges seuls qui sont référents du dispositif !
Les difficultés spécifiques aux 7 écoles de ce réseau (Triaize, Puyravault, Champagne les Marais pour ne citer qu’elles) ayant disparues instantanément !

Le RRS (Réseau Réussite Scolaire) de La Roche-sur-Yon n’a pas de collège référent depuis des années, le choix ayant été fait de "ventiler" l’ensemble des enfants des écoles du RRS sur l’ensemble des collèges de la ville.
Les leçons des conséquences du regroupement sur un collège unique tous les élèves issus de l’Education Prioritaire ayant été tirées par l’administration !
Le RRS yonnais disparaitrait purement et simplement pour cette raison...
Aurait-il fallu, pour le Rectorat, créer un collège ghetto ?
Là encore, les 5 groupes scolaires concernés (Jean Moulin, Jean Yole, Laënnec, Pont Boileau, Pyramides) n’ont plus de difficultés.
Est-ce cela la priorité à l’école ?
Est-ce comme cela que Madame la Ministre compte « créer les conditions de la réussite pour tous les élèves ? » (message adressé à toute la profession le 14 novembre dernier, sur nos adresses mail, disponible sur le site du Ministère).
Pour toutes ces écoles, pour tous ces élèves, ce sont des années de travail et d’efforts qui partent en fumée.

Le choix du Ministère de ne prendre en compte que la situation des collèges, selon certains indicateurs (non pondérés entre eux : PCS, retard scolaire, stabilité des équipes enseignantes, ...) n’a pas de sens (et n’apparaît nullement dans la circulaire de juin dernier).
Avec ce raisonnement, un collège qui réussit une mixité, et/ou qui fait progresser ses élèves issus de milieux très défavorisés et en grande difficulté sort de RRS / REP.
Les écoles connaissant ces spécificités mais non rattachées à un collège REP quittent l’Éducation Prioritaire.
Dans le même temps, les écoles rattachées à un collège REP voient quand même leur situation étudiée pour s’assurer qu’elles remplissent les critères REP...
Un exemple illustrant la fragilité de certains de ces critères, le taux de retard scolaire : les maintiens en grande section sont quasiment systématiquement refusés (en imposant aux équipes des PPRE prévoyant une scolarisation des enfants de CP concernés... en grande section). Il en est de pour les maintien en CM2...
Mécaniquement, les taux de retard diminuent...
"L’état" de nos élèves s’est-il amélioré pour autant ?
Quand bien même cela serait le cas, une école qui améliore ses résultats (grâce aux dispositifs spécifiques à l’Éducation Prioritaire, en premier lieu desquels le nombre d’élèves par classe) se verrait donc exclue des REP ???
L’étude des indicateurs des écoles du RRS yonnais montre ainsi une cohérence avec les indicateurs RRS / REP académique : retard scolaire, taux de mobilité des enseignants, catégories socio-professionnelles des familles, ...
A ces indicateurs s’ajoutent les difficultés spécifiques : accueil des enfants allophones (plus de 40 élèves en 2012-13) ou des enfants du voyage (45 élèves accueillis "régulièrement" en 2012-13) par exemple.

Les collègues du RRS se sont réunis le mardi 18/11 à La Roche-sur-Yon, et ceux du RRR (Réseau Réussite Rurale) se retrouvent le jeudi 20/11 pour évoquer cette situation.

Le SNUipp-FSU 85 adresse un courrier d’information aux élus concernés, rencontre la presse en fin de semaine, et a déjà pris contact avec la fédération de parents d’élèves.
Une demande d’audience est également adressée à Mme Bulteau, M Fourage, M Bouard et à Mme la Directrice Académique.

Le SNUipp-FSU 85 sera au prochain groupe de travail au Rectorat lundi 24 pour rappeler ces incohérences qui se traduiraient par le sacrifice de près de 2000 élèves vendéens (plus 1100 du RRS et 700 du RRR), et une pression accrue sur les 17 écoles concernées, mais aussi sur celles à proximité de ces secteurs.

La question posée par la SNUipp national en octobre dernier à Mme la Ministre ("comment seront prises en compte les écoles primaires qui scolarisent des publics très défavorisés, mais qui n’appartiennent pas à un secteur collège REP ? Il est impératif d’examiner avec précision et en toute transparence toutes les situations, tout comme il est indispensable de traiter les cas des écoles concentrant les difficultés sociales avérées"), obtient une réponse cinglante du Rectorat de Nantes : vous sortez !

* nous remercions les forces de l’ordre d’avoir autorisé et aidé à l’encadrement de ce défilé

 

7 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.