www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 85

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Rythmes scolaires  / Archives 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
13 novembre 2013

Rythmes scolaires : pour une autre réforme !

Les annonces ‘’réservées’’ ne sont pas à la hauteur d’une réforme qui engage l’ensemble de la communauté éducative. Pour le SNUipp-FSU, si le ministre ne répond pas aux urgences de l’école, la grève sera à l’ordre du jour. L’analyse du SNUipp-FSU Vendée.
PDF - 228 ko
Communiqué de presse du SNUipp-FSU 85
13 novembre 2013
GIF - 6.4 ko
Téléchargez la lettre ouverte au Ministre

Abandonner toute réforme pour garder le cadre non satisfaisant de la « semaine Darcos » n’est pas le souhait du SNUipp-FSU.

Accepter une réforme qui n’est pas la réponse attendue par tous les acteurs (enseignants, collectivités, parents) et qui amplifie les inégalités entre les territoires n’est pas non plus la position du SNUipp-FSU.

En Vendée, après de nombreuses réunions d’information syndicale et des visites dans les écoles à 4,5 jours, nos collègues évoquent des aspects positifs, sans minimiser tout ce qui est à revoir. D’ailleurs, ce qui semble partagé aujourd’hui se concentre essentiellement sur la maternelle avec des difficultés liées à la multiplicité des intervenants, la diversité des lieux, la superposition des activités proposées pendant et hors du temps scolaires, la compétences des animateurs, le non-respect des rythmes de ces enfants. D’autres éléments attirent également notre attention : difficultés à rencontrer les familles, rythmes des élèves plus denses, occupation de classes, liens impossibles entre TAP et classe, utilité et place des APC…

Dans les autres communes, malgré la grande diversité des situations, la majorité des enseignants, parents et élus souhaite une réforme des rythmes scolaires mais revendiquent l’ouverture de discussions au ministère pour la réécriture de décret inapplicable. Ainsi la date butoir du 22 novembre, imposée unilatéralement par le DASEN, fait fi des réalités locales et n’est pas tenable dans le cadre d’un dialogue serein et constructif.

Pour le SNUipp-FSU 85, il ne s’agit pas de jouer aux gros bras pour s’inscrire dans l’ambiance actuelle. Il s’agit néanmoins de revendiquer une réforme construite dans l’intérêt des élèves, sans pour autant dégrader les conditions de travail des enseignants.

Cette réforme ne peut pas se faire contre les enseignants, contre les parents et contre les municipalités. Elle remportera l’adhésion des acteurs locaux à partir du moment où les conditions d’apprentissage seront améliorées. Or, la poursuite de la dégradation du taux d’encadrement dans les écoles vendéennes ne permet pas de faire valoir un tel dispositif (voir encadré).

Pour le SNUipp-FSU 85, voilà ce qui est essentiel pour améliorer le quotidien de l’école :
- moins d’élèves par classe ;
- du temps de concertation pour les équipes enseignantes et les directeurs afin de mieux appréhender la difficulté scolaire et améliorer le fonctionnement des écoles ;
- l’accueil de tous les enfants en maternelle dans de bonnes conditions ;
- des personnels spécialisés pour aider les élèves en difficulté ;
- des AVS pour accompagner les élèves handicapés ;
- des formations initiale et continue correspondant aux attentes de la profession ;
- une révision à la hausse du salaire des enseignants.

Le décret actuel est un carcan qui a été pensé comme si les besoins des enfants quel que soit leur âge, mais aussi toutes les ressources des écoles étaient tous les mêmes. Or, ce n’est pas le cas. Pour avancer, il faut donc offrir davantage de souplesse. Nous voulons que la communauté éducative ait la possibilité d’explorer toutes les pistes, afin de permettre à tous les élèves et à tous les enseignants de bénéficier d’un changement de rythmes réussi et serein.

En tout état de cause, le nouveau décret devra s’inscrire dans un cadre conjuguant adhésion de tous, adaptation et égalité.

L’organisation de la semaine scolaire doit emporter l’adhésion de la communauté éducative au sein de cet espace de concertation qu’est le conseil d’école. C’est une des conditions, incontournable, de la réussite de toute réforme des rythmes.

Les organisations de la semaine doivent s’adapter aux réalités locales et dégager du temps pour les besoins professionnels des enseignants, notamment pour travailler en équipe. En effet, allongement imposé de la pause méridienne, animations pédagogiques ou réunions de concertation reportées les mercredis après-midi ou en fin de journée : nous refusons que les modifications des rythmes se traduisent par un allongement contraint de l’amplitude du temps de travail à l’école et qu’elles entraînent une dégradation des conditions de ce travail. Avec plus de 43 heures de travail par semaine selon l’OCDE, dans un contexte, faut-il le rappeler, de gel des salaires, la barque des enseignants des écoles français est déjà actuellement beaucoup trop chargée.

L’État qui a lancé cette réforme doit assurer l’égalité entre les élèves, les écoles et les territoires. Des garanties financières sont nécessaires pour assurer qualité et gratuité des activités périscolaires pour l’ensemble des élèves.

Le SNUipp-FSU estime que l’ouverture de discussions entre représentants des collectivités locales, des parents et des enseignants est aujourd’hui une urgence. Si cette réforme se révèle être un casse-tête pour les communes, elle concerne aussi les enseignants et les familles qui ont leur mot à dire. Si le Ministre reste sourd, le SNUipp-FSU amplifiera le rapport de force et s’engagera dans une grève nationale début décembre.

PDF - 939 ko
Téléchargez le bulletin du SNUipp-FSU 85

 

12 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp-FSU 85
Pôle associatif - 71 boulevard Aristide Briand (Rez-de-chaussée, porte C)
BP 01 - 85001 La Roche-sur-Yon Cedex
Tel : 02 51 62 03 14
Email : snu85@snuipp.fr
Facebook : facebook.com/SNUipp85

Cliquez ici pour se rendre à la section. / Visuel de l’emplacement

Mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 85, tous droits réservés.